20/09/2009

MEDITATION

 

cercle10.jpg

 

 


L'enfant souffle sur ses mains...s'envole un sourire

Méditation dimanche  20.09.09

 

http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&...

Demain, comme chaque dimanche dans les églises, à la radio, à la télévision, les textes à que vous trouvez à l’adresse ci-dessus seront lus et parfois, commentés par l'officiant.

Il s’agit de Jésus dans sa réalité humaine, sociale. Mais Jésus-cosmique transcende l’espace et le temps, et rejoint chacun dans sa réalité propre et communautaire. Une réalité, pour nous aujourd'hui par exemple, une actualité personnelle et/ou nationale, mondiale telle que nous la vivons et telle que les médias la publient, parfois biaisée selon l’intérêt des cadres.

· Le livre de la Sagesse, 2,12.17-20, prédit ce qui attend Jésus. Nous pouvons le lire tranquillement et réfléchir nous-mêmes sur la lumière que cela jette sur certains aspects de notre vécu tel qu'il. Positif, négatif et, souvent, les deux en même temps.

 

· Le Psaume, 54(53),3-4.5.6.8 David, qui s’accompagne à la harpe chante sa confiance en ce Créateur qui nous aime puisque nous sortons de sa main. Lisons plutôt…

· Lettre de saint Jacques 3,16-18.4,1-3 Jacques a vécu avec Jésus et sait de quoi il parle ! Rien de plus apte pour découvrir dans le miroir d'une eau de roche, la racine de la souffrance, celle que nous subissons et celle que nous infligeons. Selon moi, se laisser honnêtement interpeller par ce que dit Jacques, m’aide à poursuivre mon chemin de conversion, bien nécessaire à chacun de nous…

· L’évangile de Jésus-Christ selon saint Marc, 9,30-37 montre que Jésus est conscient qu’il est seul, que même ses amis n’ont rien compris, qu’ils sont centrés et concentrés sur leurs vues égoïstes et leurs intérêts personnels. Jésus ne les corrige pas, mais il se tourne vers un enfant, avec qui Il s'identifie, il le prend dans ses bras et l’embrasse, il le donne en exemple à ceux et celles qui lui succèderont, et leur dit simplement « Celui qui accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c'est moi qu'il accueille. Et celui qui m'accueille ne m'accueille pas moi, mais Celui qui m'a envoyé. »

 

  • Au sujet du statut de l'enfant à l'époque de Jésus en Palestine: l'enfant ne suscitait aucun intérêt. Il n'était considéré (comme aujourd'hui encore dans certains pays) que pour son travail. Dans les dix commandements, il n'y avait rien sur les droits de l'enfant. Bien que le code d’Hammonrabi, roi de Babylone 13 siècles avant Jésus, comprenant 282 articles, ait eu une règle pour la protection des enfants en cas d' exaction.

 

Il est bien possible que chacun, dans sa vie, fasse l’expérience que Jésus a faite, et qui est mise en exergue à l’adresse Internet donnée au début de ce billet. L'exemple de Jésus simplifie les moments douloureux que chacun de nous traverse, parce qu’Il est ici et maintenant, en nous,  et heureusement, sa force soutient notre faiblesse, sa joie soulage notre tristesse, son invincible espérance est tout simplement la nôtre. Grâce à Lui.

 

00:23 Publié dans Spiritualités | Tags : liturgie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.