23/07/2009

VACANCES

 

 

bible_light-copie-2.jpg

Les VACANCES

Mt 11, 28-30 "En ce temps-là, Jésus prit la parole : «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

 

Travel light

 

Jésus sait que la majorité des gens « peine sous le poids du fardeau ». Chaque personne rencontrée dans la journée chez nous et au-delà des mers et des déserts, peine sous le poids d'un fardeau ». Le sien et, très souvent, celui des autres. Je me prépare à partir quelques temps, emportant un minimum de bagage que je ne peux même pas soulever « de deux stupides béquilles », une amie s'en charge gracieusement. Mon fardeau devient léger, pas seulement du fait que quelqu'un le porte pour moi, mais surtout de la manière dont ce grand service est rendu! Comme si je lui faisais une faveur! Je ne doute pas que Yeshuah est mêlé à tout cela!

Un joug, c'est quoi? Selon Wikipedia, c'est «  une pièce de bois permettant d’atteler des animaux de trait en exploitant au mieux leur force de traction. »

Cela semble impliquer une relation de domination entre personnes! Une espèce de soumission. Dans la société paysanne de Jésus, tout le monde comprenait que c'était une proposition de partage des taches et des fardeaux. Ce n'est pas un fardeau de suivre Jésus. Je crois que c'est simplement permettre à tout ce qu'il y a de meilleur dans notre moi profond de vivre et d'agir avec Lui! Quand une multitude devient consciente de cette possibilité, c'est comme une irrésistible énergie prête à être mise en valeur! C'est concrétiser ce qui est célébré à Pâques et qu'on nomme Résurrection.

Jésus invite des gens qui peinent et plient sous le poids de leur propre fardeau. Je pense que ce qu'Il a voulu dire, c'est que, si l'on accepte son joug, nous serons tous les deux, les trois, la multitude, attelés à transformer la société. Ce sera une lutte pour le plus grand bien de tous! Selon le rêve du créateur! Une « impossible étoile! »? Rien n'est impossible dit-on! Mais lutter et souffrir n'est pas une fin en soi! Ce n'est qu'un chemin. Se sentir allégé et léger, c'est le repos. C'est les vacances, une espèce de hors espace temps où le moment présent devient contemplation. Reconnaissance. Simplement. Le farniente bienheureux!

Pour repartir vigoureux sur la route du non-retour, à la Maison!

 

dardannelles.jpg

 

21:52 Publié dans Amis - Amies | Tags : vacances | Lien permanent | Commentaires (0)

22/07/2009

CE QU'ILS NOUS LEGUENT

 


Réfléchir un peu

Voyager jusqu'à la lune, c'est un exploit qu'il faut célébrer, il faut remercier les astronautes et les hommes de science. 1969 – 2009. Dieu sait ce qu'on aura inventé d'ici 2069 si l'on a les ressources nécessaires et assez d'obstination!


L'ambiguité de notre réalité nous crève les yeux: proche de nous des milliers d'ouvriers redonndants; au delà de nos frontières, des centaines de milliers de surplus people. Il faudrait fabriquer une lune plus accessible pour y abriter ce surplus d'humains qui ne demandent qu'un peu de pain et de l'eau pure!

Cela me fait penser à cette grande humanité qui, elle, voyage sur le ponts des navires, dans le couloirs des trains, entassée sur des radeaux sans boussole sinon celle du non retour.

"Dans la Maison de mon Père", dit le Seigneur Jésus, "il y a plusieurs demeures… Je vais vous préparer une place" (Jean 14.2). ...

Qu'en pensent les uns et les autres? Ceux dans les sous-sols de nos pays et ceux habitant les places réservées?

Le poète nâzim Hikmet m'aide à réfléchir:

La grande humanité voyage sur le pont des navires

Dans les trains en troisième classe

Sur les routes elle marche

La grande humanité

La grande humanité s’en va au travail à huit heures

Elle se marie à vingt ans

Meurt à quarante ans

La grande humanité

Sauf à la grande humanité le pain suffit à tous

Pour le riz c’est pareil

Pour le sucre c’est pareil

Pour le tissu pareil

Pour le livre pareil

Cela suffit à tous sauf à la grande humanité.

Il n’est pas d’ombre sur la terre de la grande humanité

Pas de lanternes dans les rues

Pas de vires à ses fenêtres

Mais elle a son espoir la grande humanité

On ne peut vivre sans espoir.

(nâzim Hikmet dans « C’est un dur métier que l’exil... » Ed. idem. Page 210)

 

soulfulgraceMonicaStewart-1-1.jpg

Tout ce que j’ai écrit sur nous est mensonge
Ce n’est pas ce qui a été entre nous mais ce que j’aurais voulu qui soit
C’étaient mes nostalgies posées sur des branches inaccessibles
C’était ma soif tirée du puits de mes rêves
C’étaient des images que je traçais sur la clarté

Tout ce que j’ai écrit sur nous est vrai
Ta beauté
C’est-à-dire une corbeille de fruits
ou un festin sur une table champêtre
Mon manque de toi
C’est-à-dire moi dernier lampion du dernier coin de la ville
Ma jalousie
C’est-à-dire ma course les yeux bandés la nuit parmi les trains
Mon bonheur
C’est-à-dire le fleuve ensoleillé rompant ses digues

Tout ce que j’ai écrit sur nous est mensonge
Tout est vrai de ce que j’ai écrit sur nous
.

 

 

Et Frank McCourt nous fait toucher certaines réalités du doigt, en Irlande par exemple, ou dans bien des régions d'Amérique. Il est mort hier et on pense à ce qu'il nous laisse.

 

C'est comment l'Amérique?

Teacher Man, un jeune prof à New York

Les cendres d'Angela (Irlande, Limerick)

 

_46092135_-1.jpg

http://newsimg.bbc.co.uk/media/images/46092000/jpg/_46092...

Ils sont morts. Ils sont dans la maison du Père comme le rapporte Saint Jean. Quelle demeure? Je me demande bien!

http://bibliobs.nouvelobs.com/20090720/13882/frank-mccourt-est-mort

 

 

20:17 Publié dans Poésie | Tags : mccourt | Lien permanent | Commentaires (0)

19/07/2009

Méditation dominicale 19.07.09

000_DV550291--469x239.jpg

Pour dimanche: réfléchir sur l'actualité

Jésus était enraciné dans sa réalité sans en être prisonnier. Son esprit ressuscité vit et agit dans notre réalité sans en être prisonnier. Tout au contraire, sa raison d’être est de parfaire, d’achever, voire de transformer notre réalité qui sera pour tous un lieu de bonheur, d’épanouissement jusqu’à notre arrivée vers l’autre rive !

Comme pour Jésus en son temps et en son pays, de même aujourd’hui, le passage est tout le contraire d’un long fleuve tranquille. Pourquoi ? C’est peut-être à l’arrivée que j’aurais la réponse qui germe déjà au plus profond de mon cœur.

Dans les églises un texte du prophète Jérémie, Il rappelle aux pasteurs leur raison d’être : Je leur donnerai des pasteurs qui les conduiront ; elles ne seront plus apeurées et accablées, et aucune ne sera perdue ». http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR

Puis David le poète, nous fait chanter : « Il me mène vers les eaux tranquilles et me fait revivre… » Puis, on rapporte ce que Paul aurait dit à Ephèse : « le Christ, est notre paix : il veut faire une seul peuple comprenant Israël et les Païens… (les païens, c’est nous bien sûr) – Jésus fait tomber le mur de la haine, en supprimant les prescriptions juridiques. » Puis nous écouterons ce que rapporte Marc : « …Jésus et ses disciples… partirent donc dans la barque pour un endroit désert, à l'écart. Les gens les virent s'éloigner, et beaucoup les reconnurent. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux.
Jésus, voyant une grande foule de gens sur le bord du lac, fut saisi de pitié envers eux, parce qu'ils étaient comme des brebis sans berger.
Alors Jésus s’entretint avec eux longuement. On dit qu’il enseignait mais son enseignant était l’écoute ! « Mettez-vous debout et prenez-vous en charge ! »  Aujourd’hui, Jésus-compassion est dans notre réalité ; nos étincelles de courage et d’espérance jaillissent de sa présence en nous. Il est notre Amant !

 

Les « âmes en détresse » de chez nous, les gens proches et lointains, ceux qui s’épuisent à chercher et à écrire la vérité, à faire la justice, se font assassiner ! Récemment Natalya Estemirova en Tchétchénie, après d’Anna Politkovskaïa, après Litvinenko, qui cherchait l’assassin d’Anna, qui meurt empoisonné en Uk, après mon amie Dulcie September (représentant l’ANC durant la lutte) assassinée il y a 21 ans à Paris, elle enquêtait sur un trafic d’armes entre la France et l’Afrique du sud… Quelques balles dans la têtes auront suffit à les faire taire !

Qui a tué ? Pourquoi ?

Qui à tué Jésus ? Pourquoi ? Selon « Jésus avant le Christianisme », page 171, Albert Nolan, Ed. Ouvrières 1979) C’est « l’opportunité politique » entre les juifs et les romains qui est le problème. Jn 11, 47 ;

http://bible.catholique.org/evangile-selon-saint-jean/3274-chapitre-11

 

tf1-lci-anna-politkovskaia-rare-journaliste-russe-a-couvrir-2225095_1378.jpg

 

N'est-ce pas l'opportunité politique qui a tué ces femmes?

Je voudrais leur rendre hommage, à elles, aussi à tous ceux et à toutes  celles que l'opportunité politique et économique deshumanise: des enfants d'abord, puis des personnes non rentables, puis tout un chacun trop honnête pour se mouler dans les systèmes!



 

 

Mais écoutons :

http://www.youtube.com/watch?v=6E1W9KBeI2M&hl=fr

Demain. à l'Eucharistie, ce repas qui signfie "MERCI", nous permettrons à la maman de Jésus de fredonner en nos coeurs ce qu'elle a clamé en son pays: J'exalte mon Dieu qui élève les humiliés et fait brûler en eux le trésor leur propre dignité face aux trônes et aux dominations! Et Marie chantait: Il ne faut pas seulement se contenter de les confronter, il faut les renverser! Travail de longue haleine!


bougie.jpg

(J'ai eu beaucoup pour mettre en forme ce billet)

 

15/07/2009

TOUT NOUVEAU

suivre_jesus_aujourd_hui.jpg

 

Suivre Jésus aujourd’hui

http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/fichelivre_imp.as...

Le vécu de mon maître à penser et ami, Albert Nolan est tout entier résumé dans « Suivre Jésus aujourd’hui » qui vient de sortir en français aux éditions Novalis Cerf (2 juillet 2009). Depuis sa sortie en anglais en octobre 2006, je m’en suis nourrie et, bien souvent, des pensées d’Albert se sont glissées comme par effraction dans mes blogs. On peut obtenir cet ouvrage dans toutes les librairies. J’aimerais tant l’offrir en cadeau à tous ! Je ne peux pas ! La traduction le rend un peu cher. Mais c’est un joyau. Pourquoi ? Parce que, selon moi, c’est (pas encore) l’aboutissement de la vie de lutte d’Albert pour la justice en notre pays, l’Afrique du sud et bien au-delà. C’est notre lutte à tous, c’est la liberté de chercher, de réfléchir que Dieu à mise en nous. C’est une libération radicale.

Albert dit : « Je propose que nous apprenions à prendre Jésus au sérieux et j’estime que c’est très précisément à notre époque que nous devons le faire. »

Son confrère Timothy Radcliffe écrit dans la préface : « Dans Jésus avant le christianisme » qui est désormais un classique, Albert Nolan a mis l’accent sur le contexte poltique dans lequel s’est déployé la mission de Jésus. Dans cet ouvrage qui prolonge le premier, il se concentre sur la spiritualité de Jésus et son actualité. Après avoir passé en revue les signes des temps, Nolan esquisse à grand traits les éléments de la spiritualité de Jésus et montre comment ses enseignements sont de nature à favoriser une plus grande communion avec Dieu et avec toute sa création,

Autant les personnes en recherche que les croyants convaincus trouveront dans ce livre une parole de sagesse pour notre temps, fruit de la vie mystique et prophétique de l’auteur.

Dominicain sud-africain, Albert Nolan a joué un rôle important dans le combat de l’Eglise contre l’apartheid. Son livre précédent, Jésus avant le Christianisme s’est vendu à plus de 150 000 exemplaires (et il est bien sûr traduit en français) (T. Radcliffe, o.p.) http://www.culture-et-foi.com/coupsdecoeur/livres/albert_...

rossignol.philomele.thta.1.jpg

 

 

11:33 Publié dans Spiritualités | Tags : jésus | Lien permanent | Commentaires (8)

09/07/2009

ENVOL

6939187.jpg

 

Michael Jackson, et l’ancien président de l’Afrique du sud Nelson Mandela, à Pretoria, Afrique du sud, samedi le 20 juillet 1996.

Il a vécu, il a chanté, dansé, ri, pleuré, il a aimé, il s’est envolé. Je ne l’ai pas beaucoup entendu, mais je sais que le peuple d’Afrique du sud et notre Mandela l’aimaient parce qu’il était humain, vulnérable, généreux et bon !

Lors de la cérémonie religieuse au Staples Center, Mandela a envoyé un message à son ami Michael. Pour lui dire Merci pour lui et merci pour l’Afrique: «Michael était devenu proche de nous après qu'il ait commencé à se rendre en Afrique du sud et à (y) jouer régulièrement,  nous avions une grande admiration pour son talent (...), Michael était un géant et une légende".

« L'icône de la pop était sensible à la personnalité de l'icône de la sagesse. »

La musique et la chanson ont joué un rôle primordial durant la lutte anti-apartheid. Musique afro occidentale, chants de tous les continents pour inspirer, soutenir, donner un sens, un sens vrai, à la lutte de ce peuple tout entier, toutes races confondues pour le droit de vivre ensemble. Michael Jackson est venu, il a senti, il a vu, il a chanté, et l’Afrique du sud, le continent africain, a pris dans son cœur cet homme à l’âme d’enfant. Regardons, si vous avez le temps «Le chant de la terre » : http://www.youtube.com/watch?v=pYSoZPuPmNw&feature=re...

Dans l’ombre de Mandela, Michael avait compris le moment propice, le Kairos. Il faut changer notre style de vie pour survivre! Il avait aussi compris que notre planète est au bord du gouffre. Il faut sentir la mort pour espérer encore. Notre époque est celle de la désespérance. Les gens ont peur et cherchent désespérément à se sécuriser… ce n’est pas mon propos ce soir de m'étendre sur cette réalité.

Mon propos est celui de l’espérance que donne l’envol de Michael Jackson vers le hors espace-temps dans l’amour du Cantique des Cantiques 2 : 12 « Les fleurs paraissent sur la terre, le temps de chanter est arrivé, et la voix de la tourterelle se fait entendre dans nos campagnes. »

Il était dans les coulisses de la scène trois jours avant sa mort qui l’a révélé bien mieux que ne l’aurait fait le show. Je ne veux entrer dans aucune polémique au sujet de la complexité de son passage sur terre. Comme Mandela, je prends l’homme tel qu’il est. Avec Lui et avec la planète entière nous chantons : « Nous sommes le monde, nous sommes les enfants de ce monde ». Je regarde Jésus qui à osé dire aux érudits du temple et des nations, et il le répète aujourd’hui : « Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieux. C'est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux. » (Matthieu 18:3-4)

http://www.youtube.com/watch?v=E4Hcd60VoRM&feature=fvw

 

21:53 Publié dans Spiritualités | Tags : michael | Lien permanent | Commentaires (8)

OUVRIERS à BULLE

 

 

jesus-premier-pretre-ouvrier.gif

 

 

Les billets partagés sur le blog surgissent d’une réalité, d’un vécu et de la réflexion sur des faits que l’on a envie de partager. Nous sommes interconnectés, interdépendants, Ce qui touche une personne touche  « les autres » pour le meilleur ou pour ce qui est moins bon, parfois pour le pire.

Un chantier de travaux publics:

Ici, à Bulle par exemple : des ouvriers de chantier de route travaillent en équipe,  depuis plusieurs mois, ils sont les ressources humaines, chacun avec sa formation, sa compétence, son salaire. Les chefs d’équipe et de chantiers assurent le bon fonctionnement des équipes. En quoi consiste le travail de ces ouvriers du ras du sol ?

·  Déblayer un terrain, faire de la démolition, du terrassement

·  Creuser et remblayer des trous et des tranchées

  • Apporter à pied d’œuvre les matériaux

  • Préparer et transporter du mortier, du béton, des enrobés, des bitumés chauds, au seau ou à la brouette ou avec de lourds engins

  • Épandre différents matériaux de revêtements

  • Poser des canalisations, découper des tuyaux

  • Construire des voies et leurs bordures et des chaussées

  • Conduire de petits engins de chantiers

  • Assurer le nettoyage des chantiers et de l'outillage

  • Poser des cailloux (jusqu’à 15kg chacun)

  • Égaliser le bitume

Tous suent depuis 2 mois à reconstruire la rue et la place du Marché, ici à Bulle, face au Foyer Sainte Croix et face à la chapelle de Compassion.  Un bruit de tonnerre. Un roulement caillouteux de tambours. C’est à la fois spasmodique et régulier. Les vibrations de tôles grinçantes envahissent la maison, nos corps, nos têtes. Souvent je me dis : qu’en est-il des ouvriers liés à ce qu’ils font ? J’ai pu parler avec eux, discrètement. Ils portent un nom, ils viennent d’un pays, souvent loin de la Suisse – mis à part les chefs – ils ont une famille, ils pensent à ceux et celles de là-bas et/ou d’ici. Ils connaissent le mal de dos, le bourdonnement des oreilles, la tête abrutie, les mains amochées. Des mains d’ouvriers.  Comme celles de Jésus le charpentier de Nazareth ! Ils attendent le salaire!

 

Dans la chapelle de Compassion, des messes sont dites. Lorsque j’assiste à l’une de ces cérémonies,  je m’efforce d’avoir avec moi, en mon cœur et dans ma prière, la sueur,  la fatigue des ouvriers qui triment à 10 mètres de nous. Lorsque j’entends « fruits de la terre et du travail des hommes », c’est à eux que je pense. Ils me révèlent Dieu fait homme : Jésus au milieu de nous. Jésus l’ouvrier qui sue sur la route, « hors des murs ». Solidaire de tous les ouvriers du monde entier ! Avec eux, je prie le Notre Père. Pour l’emploi, le salaire et le pain quotidien.

paveur.jpg

 

 

08:24 Publié dans Spiritualités | Tags : ouvriers | Lien permanent | Commentaires (0)

05/07/2009

FOURBERIE

 

Méditation dominicale 05 07 09

Ecouter Jésus avec un esprit neuf: est-ce possible alors que l'esprit ambiant reflète celui de « vieilles outres » institutionnalisées qui ne peuvent digérer le vin nouveau? N'est-ce pas un signe des temps, cette crispation d'une institution sur elle-même? Est-ce accueillir Jésus?

Regarder Jésus avec un esprit ouvert à partir du lieu où je suis: n'est-ce pas courir le risque de mettre en danger « une pièce d'étoffe neuve sur la rigidité d'un vieux vêtement » rébarbatif à l'allure de linceul?

 

marelle.jpg

Le texte de Matthieu (9,14-17 ) accompagné de celui de la Genèse (27,1-5.15-29) qu'on trouve dans:

http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=readings&localdate=20090704

J'ai lu attentivement ce texte (lu dans les églises ce matin-même), et l'histoire jette une lumière sur notre actualité, locale, régionale, mondiale: c'est un duel entre des rapports de forces inégaux, de fourberie, de roublardise, de mensonge, de tricherie pour obtenir un pouvoir: Il s'agit d'Esaü et de Jacob. Et d'innocence et de la sagesse du vieux Isaac!

 

· Esaü et Jacob ont des rapports ambigus dès la naissance. Ils sont frères mais l'un, Jacob est le préféré de sa mère Rébecca alors que l'aînée, Esaü, travailleur et chasseur de gibier, fait plaisir à son père. Esaü va « se faire rouler ». Un jour qu'il meurt de faim, il demande à son cadet Jacob, un morceau de pain pour ne pas mourir de faim. Jacob dit oui, à condition que Esaü lui cède le droit d'aînesse! L'affamé Esaü qui arrive à peine à réfléchir se dit: « à quoi me servirait le droit d'aînesse si je meurs? » Et il accepte le deal. Jacob joue un stratagème, un marchandage malhonnête et inhumain. C'est à ce prix qu'Esaü survit. Une espèce de « vivre ensemble teinté d'amour haine » s'installe entre les deux frères. Comment se faire confiance, comment s'aimer alors qu'en trichant, on prétend être aimé de l'Eternel???

Pire, alors que le vieillard Isaac sent arriver la mort, il veut officiellement remettre à Esaü son droit d'aînesse en mangeant un bon repas, fruit de la chasse et du travail de son aîné. Avait-il eu connaissance de la ruse de Jacob le prétentieux? Certainement pas! La mère Rébecca espionne et entend le souhait de son vieux mari et s'empresse de mettre en route ce qu'elle a dû envisager depuis longtemps pour que Jacob son préféré devienne chef, puissant et riche! Esaü le poilu part à la chasse. Jacob à la peau lisse s'en remet à sa mère qui avait tout prévu. Cette femme 180px-Isaac_Blessing_Jacob_-_Govert_Flinck.jpgs'y connaît en manœuvres et en machinations subtiles. Il faut faire vite avant qu'Esaü ne rentre de sa chasse avec le gibier! Elle trouve des peaux de chevreau, elle couvre les mains et le cou de Jacob qui s'en va vers Isaac aveugle, avec un repas succulent. Il réclame son droit d'aînesse! Le vieillard aveugle n'est pas à l'aise, il questionne, mais sa pureté d'âme l'empêche de soupçonner un mensonge! Il ne peut pas croire à la malhonnêteté. Et la fourberie et la tromperie réussissent. Isaac croit et confère le droit d'aînesse à Esaü piraté par Jacob avec ce qui en découle: femme, servantes, richesse, propriété, pouvoir! Tant pis pour Esaü et sa colère, tant pis pour la justice et la vérité et tant pis pour le vieux Isaac qui meurt avec sa douleur et son innocence! http://www.lirelabible.net/parcours/voir_ref.php?cle=546

Comment cette histoire va-t-elle être commentée dans nos églises? Le prêtre doit-il dire: oui il y a eu fraude. Ou va-t-il excuser ce mensonge avec une explication faussée de de l'affaire précédente quand Esaü avait faim? Il semble c'est la tendance des prêtres actuellement en fonction de simplifier et de conseiller les fidèles à "garder toutes ces choses en leur coeur!!!"  Il semble que les entorses à la vérité sont justifiables et justifiées  quand il s'agit de sauver la façade et les intérêts particuliers d'une institution? N'importe quelles institutions. Laïques et religieuses!

Penser au vin nouveau, à la pièce d'étoffe toute neuve qui ont été, qui sont et qui seront gaspillés si l'on a peur de créer de toute pièce des outres neuves et des habits neufs comme Vatican II le voulait? Comme certains économistes honnêtes le proposent dans la crise financière actuelle dans leurs efforts d'un système économique à visage humain!. Quelle utopie que lrègne de Dieu!

Le mystère de Pâques sans la praxis dans la réalité des structures, reste une lettre morte. Une résurrection retardée! Le système n'est pas encore mort pour espérer ressusciter, il est aux soins palliatifs!

Cher Yeshuah, qu'en penses-tu, toi qui affirmas que seule, la Vérité peut nous rendre libres (Jean 8:32) et que tu es toi-même la Vérité et le chemin! Ton accès de colère est le mien, et j'aimerais que ta tendresse fut de plus en plus mienne! 

Avec Jésus au plus profond de mon cœur ce samedi soir et dimanche!

 

 

01/07/2009

Prière du soir avant ce premier juillet 2009

 

PE0066558.JPG

Je contemple le globe et ses habitants

Quand je contemple mon petit globe dans la prière chaque matin et chaque soir, je peux voir les terriens, des hommes, des femmes, des enfants qui vivent dans leur humble chaumière paysanne au bord du Doubs, dans mon Jura natal par exemple, je les connais par nom, les morts et les vivants et je suis proche d'eux, de tel et tel et de tel et tel et de tel et tel; ou encore mes amis, confrères et consœurs sud africains au bord du fleuve Vaal, ou dans le semi-désert du Transvaal du nord et j'y trouve Jérémie et Rita, et Magui et surtout mes petits Bonsaïs... des orphelins sidéens, chefs de famille !

Je tourne un peu le globe sur son axe et je me trouve face aux deux Amériques... et aux Américains, je tourne un peu et voici les Asiatiques, les Roumains, les Serbes, les Croates, les Kossovars, les Sri Lankais, les Afghans, les Libanais et les Syriens et les Algériens, et Oh ! Les Turcs, et ceux et celles de la région des Grands Lacs dans des régions où « The War Lords » (les seigneurs de la guerre) forment des enfants soldats qui tuent par obéissance aux Seigneurs et dans l’intérêt des faiseurs d’armes ! Nos réfugiés en savent quelque chose : l’un d'eux, africain, dont j’ai le nom et qui a été expulsé de Suisse, me disait : « mais Claire-Marie, tant qu’on nous met des (rifles) armes dans les mains, on est bien obligé de les utiliser !!! » Où est-il aujourd’hui ?

J’arrive au bord du Léman à Lausanne, et par ici je sens dans ma peau l'épaisseur de l'humain et de l'humanité car, dans l'aujourd'hui de ma vie, j’ai ce canton de Vaud dans ma peau. Je me demande pourquoi ? Et que dire de la Gruyère ?

Lyôba, lyôba, por aryâ (bis).
Vinyidè totè, byantsè, nêre,
Rodzè, mothêlè, dzouvenè ôtrè,

Lè chenayirè van lè premirè,
Lè totè nêrè van lè dêrêrè

Les vaches de toutes les couleurs forment une société unie en montant vers l’alpage, mais attention, même là, la hiérarchie existe car : les sonnaillères vont les premières et les toutes noires vont les dernières… Lyôba…

La mappemonde pivote un peu, et ma prière pivote avec. Toi, qui n’es qu’AMOUR, « tu désires que je m’aime moi-même et que j’aime mon prochain comme je m’aime » (Mc 12,29-31). Jésus, tu n’as pas sonnaillé cette loi du Léviticus (Lv 19,18) tu l’as vécue, tout simplement. Tu es conscient que tous les humains ont soif de bonheur puisque c’est leur raison d’être !

Ayant réfléchi sur l’actualité, m’étant énervée à subir le télé journal de 19h30 avec d’autres spectateurs, je regarde intensément cette planète d’humains, et  j'y cherche des gens heureux... Si j'en trouve, je leur demanderai le secret de leur bonheur...