26/06/2009

OÙ VA LA PRESSE?

 

peinture_miloslav_holy.jpg

 

peintre tchèque Miloslav Holý

J'étais hier à Lausanne, dans un bistrot des environs de la Tour Edipresse à attendre le retour de ma consœur avec sa voiture pour continuer la route. J'ai pu lire tranquillement le dernier numéro du « Courrier International », Numéro spécial: « Mais où va la presse? ». L'invité, Andreï Arkhangelski, (du quotidien Vzgliad, russe) plaidait pour la subjectivité face aux exigences de l'objectivité du journalisme moderne.

« Un mythe prodigieusement répandu à propos du journalisme moderne est celui de l’“objectivité” »

 

http://nabukho.blogspot.com/2009/06/plaidoyer-pourla-subjectivite-andrei.html

Cela m'a rappelé quelque chose. J'aime écrire, souvent des amis m'ont conseillée d'être plus objective. En Afrique du Sud, l'hedomadaire catholique "Southern Cross" m'envoyait quelques livres de spiritualité-théologie pour en faire des petits comptes-rendus. Le rédacteur en chef m'avertit: soyez objective! Et le prêtre conseiller de cet hebdomadaire encouragea fortement l'objectivité en signant sa lettre (pas de computer à l'époque) "dogmatically yours in Christ" (dogmatiquement vôtre en Jésus-Christ). Bien sûr j'ai essayé. En Suisse, je me souviens que la radio la 1ère interrogeait un chroniqueur sur son travail et lui fit remarquer: "Dans vos chroniques, il vous arrive de dire "je", ce n'est pas courant". Le chroniqueur répondit: "C'est pour être proche du lecteur, dire "je" signifie "toi, le lecteur". C'est vrai qu'on aimait lire ces chroniques-là!

 

Mon but n'est pas du tout de critiquer les excellents articles de fond qui analysent et éclairent l'actualité. J'aimerais parfois moins d'actualités à chaud et plus d'analyses des causes, du sens, des conséquences.

 

Mais je relis Andreï Arkhangelski: "Les journaux ne souhaitent pas avoir de problème avec le pouvoir... Dans ce contexte, objectivité signifie servilité, absence de conviction, d'intelligence de sens, brassage d'air stérile." Et encore: "lD'un côté...mais de l'autre..." Non seulement cela n'ajoute aucune objectivité, mais il vide souvent de son sens le travail du journaliste et désoriente le lecteur". Et enfin, cette phrase tellement importante: "Dans le journalisme russe, ce qui m'inspire le plus confiance en tant que lecteur, ce ne sont pas les faits eux-mêmes mais les points de vue sur ces faits, l'analyse d'un regard original, les arguments personnels... La principale garantie d'indépendance de la presse est justement l'engagement

de ses acteurs, les journalistes..."

MjgxOTFfcG9saXRrb3Zza2F5YS1hbm5h.jpg

 

Anna Politkovskaïa a payé son engagement de sa vie. Elle reste une source d'énergie. Dans les lieux de conflits, les autorités musellent, expulsent, tuent les journalistes. Par Peur de la Vérité. J'ai toujours pensé que Jésus a été le premier des journalistes. Il prenait en compte D'annoncer la Bonne Nouvelle liant la forme et le fond! C'est clair. Il fut exécuté pour avoir dit la vérité comme chante Guy Béart.

 

En lisant ce numéro spécial du Courrier international "Mais où va la presse?" avant-hier à Lausanne, j'ai jeté un coup d’œil sur cette ruche Edipresse et j'ai prié pour celles et ceux qui y travaillent à longueur d'heures pour dénoncer les injustices et annoncer la Vérité.

 

 

09:24 Publié dans Médias | Tags : presse | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

La vérité... Dites-moi, chère soeur, que pensez-vous de cette polémique autour de la burqa? Beaucoup de personnes semblent accepter facilement que des femmes disparaissent complètement, par obligation religieuse, sous un tissu et une grille qui recouvre leurs visages. Si on est pour l'interdit, beaucoup de gens nous reprochent notre méthode de faire comme les théocratie musulmanes en voulant imposer notre vision. Mais ça n'a rien à voir. On n'a pas envie d'interdire le foulard et les signes religieux. On aimerait juste que ces femmes aient droit à la reconnaissance sociale de toute la communauté multiculturelle et pas qu'elle reste enfermer à vie dans une prison de tissus. Vous qui portez l'habit, je suis certain que vous aurez des mots remplis de sagesse pour parler sur ce sujet. Merci de votre réponse. Est-ce que toutes ces femmes afghanes et d'ailleurs sont condamnées au couvent tout en étant mariées à un mari de droit divin?

Écrit par : pachakmac | 25/06/2009

Cher Pachakmac, merci. Le 22 juin je crois, David Laufer a publié un excellent texte au sujet de la burqa. J'y ai mis le petit commentaire suivant qui répond un peu à votre question:
"Merci pour le billet, et le débat qui suit, que je lis laborieusement. Étant sœur, j'ai porté un habit face à des étudiants africains, le front, le cou, couverts, pèlerine et habit jusqu'au sol, en noir, en plein été. C'est fini, cela.
J'ai prétendu, une fois, que l'habit (la burqa si vous voulez fausse les relations d'emblée)un dur débat a suivi mais le résultat fut quand même positif pour les protagonistes! (Multiples exemples trop longs à écrire). Une amie iranienne, (voilée seulement) me racontait que dans l'université où elle enseignait en Iran, elle n'avait pas le droit de sourire durant les cours qu'elle donnait. Une amie Afghane qui apprenait le français auprès de moi à Lausanne, plus jolie que je ne puis la décrire, pleurait de ne pas pouvoir porter le voile parce que son mari le lui interdisait (sic). J'ai été dans l'appartement familial et j'étais en Afghanistan (sans guerre!!!),ils sont des réfugiés.
Cela ne me plaît quand Sarkozy pontifie comme quelqu'un qui sait tout et peut tout. Dans cette douloureuse problématique, pourquoi ne pas laisser parler les femmes elles-mêmes? Ont-elles la liberté de penser et de parler et d'écrire? Publiquement, rarement, mais entre nous, si. Et tout est dévoilé. Mais la lutte des femmes pour regagner, ou arriver à leur dignité humaine est dure, douloureuse, interminable."
Ici encore dans nos débats, on ne mentionne guère Jésus. Lui a carrément pris parti pour les femmes, les enfants, dans sa société et cela a dût scandaliser la société juive, surtout les autorités. Saint Paul chez les Corinthiens pontifie comme Sarkozy sur "la tenue des femmes" dans sa première lettre aux Corinthiens chap 11: 2.16 http://www.womenpriests.org/fr/scriptur/1cor11.asp.
Mais les Sœurs de l'Église anglicane, les diaconesses de Saint Loup portent aussi un uniforme.
Il s'agit d'une longue marche des femmes afin de prendre conscience de leur propre dignité. Et d'agir! Cela ne signifie pas, selon moi, s'insérer dans des structures créées et gérées par des hommes. Jésus selon saint Marc 2:21-22 : "Personne ne raccommode un vieux vêtement avec une pièce d'étoffe neuve ; autrement la pièce neuve tire sur le vieux tissu et le déchire davantage. Ou encore, personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement la fermentation fait éclater les outres, et l'on perd à la fois le vin et les outres. A vin nouveau, outres neuves. » Ce monde nouveau ne sera pas une domination des hommes par les femmes! mais la construction d'une famille ensemble. Cela existe déjà. Il faudrait faire connaître cette bonne nouvelle.

Écrit par : cmj | 26/06/2009

merci beaucoup. J'aime bien votre perspective, et la priorité de la parole donnée aux femmes. C'est vrai qu'il y a des femmes musulmanes qui aiment porter le voile, et je respecte cela parfaitement. Mais cette burqa... je ne vois pas comment une femme pourrait l'aimer... sauf à être effrayée du monde comme une sorte de camouflage devant une société occidentale qui paraît si libertine pour elle... mais alors la montagne afghane ou le couvent serait un lieu plus approprié pour elle... sauf à aimer se torturer l'âme avec les visions occidentales du monde.
Pour le Président Sarkosy, nous avons un point de vue assez similaire. Mais pour se présenter à la présidence d'un pays, ne faut-il pas croire un peu que l'on peut tout, aussi naïf et ridicule que cela est?... Vous suivre est un jardin des délices et votre humour léger ressemble à une jeune capucine nageant dans la tasse corsée d'un capucino bien serré...

Écrit par : pachakmac | 26/06/2009

"mais alors la montagne afghane ou le couvent serait un lieu plus approprié pour elle". En fait mon amie est afghane, c'était un simple voile qu'elle aimait porter. Que des femmes se groupent en une famille élargie pour vivre la Bonne Nouvelle selon les valeurs de Jésus est merveilleux. Si cela ne devient pas institutionnalisé. Je pense que le terme "couvent" est lié au cadre ecclésiastique. Les Esséniens - que Jésus connaissait sûrement et qu'il n'a jamais critiqué - et Jean-baptiste aussi, était un groupe d'homme ayant un projet commun et vivaient ensemble. J'ai du mal de comprendre pourquoi en Europe, les images et l'architecture de couvents, de monastères remplissent des livres.
Des gens réunis pour se soutenir forment une famille élargie, cher Pachakmac, toujours inclusive et jamais exclusive!

Écrit par : cmj | 27/06/2009

Les commentaires sont fermés.