18/06/2009

Radio Vatican: réflexion

 

Le billet de David Laufer au sujet de « Radio Vatican »

 

croix---pretre-et-enfants--_410_1.jpg

 

http://dlaufer.blog.24heures.ch/archive/2009/06/14/radio-...

 

Aborder ce sujet c'est faire bourdonner la ruche. J'y ajoute un petit bourdonnement avec un grand merci à David Laufer pour ce texte honnête, pour ses réponses aux interpellations.

 

Ma référence est Jésus et mon repère aussi. En avril 2008, Philippe Baud, que je respecte beaucoup, réfléchissait sur un « autre le profil du prêtre » dans son blog:

http://baud.blog.24heures.ch/archive/2008/04/01/un-autre-...

 

Mon commentaire à son texte parmi les autres était: « un peu partout, il y a des prêtres qui portent en eux l'évangile de Jésus, sa Mission. Je pense à Albert Nolan: "Jésus aujourd'hui, Jésus avant le christianisme", totalement un avec les exploités de chez lui et d'ailleurs. Je connais un ou deux prêtres qui révèlent par leur comportement, Jésus. "Prêtres ouvriers", chance perdue pour l'Église et les ouvriers. Mais le service, le sacerdoce n'est-il pas au cœur de chaque ouvrier...qui procure à ses enfants du pain: fruit de la terre et de son labeur.

Cmj | 10.04.2008 »

David Laufer mentionne Alberto Cutié, qu'un Tabloid mexicain montre avec des femmes. C'est rentable pour le Tabloid! Alberto est licencié, il demande pardon. « Personne en effet n’a forcé Alberto Cutié à prendre soutane et à prononcer ses vœux, une rupture de promesse solennelle, donc une trahison. » C'est juste! La question: y a-t-il eu dialogue entre les autorités religieuses et lui? On sait que tenir les promesses solennelles n'est pas facile. Jésus a fait l'expérience de tentations par apport à sa « Mission »! Pierre, le 1er Pape dont Jésus avait guéri la belle-mère, a renié son maître 3 fois. Matthieu 26, 58, 69-75 ; Marc 14,54, 66-72 ; Luc 22,55-62 ; Jean 18, 17, 18, 25-27 le rapportent:

  • " Puis le regardant bien en face : "Oui, tu étais avec Jésus de Galilée !" Pierre le nia devant tout le monde : "Femme, je ne le connais pas !...Je ne sais...Je ne puis comprendre ce que tu dis."

  • un serviteur le rencontra :"Et toi aussi, lui dit-il, tu es de ces gens-là !" Une seconde fois, il le nie avec serment: --- "Non! vous dis-je, non! Je ne connais aucunement cet homme!"

  • "Assurément tu es de la bande, car tu es de Galilée, ton langage te trahit. L'un des valets du Pontife, parent de celui à qui Pierre avait coupé l'oreille, l'accusa à son tour : "Ne t'ai-je pas vu dans le jardin avec lui ?" Pierre le nia encore, et il se mit à faire des imprécations, à multiplier les serments et les protestations : "Non ! répétait-il, je ne le connais pas cet homme-là. Je ne sais ce que vous voulez dire !"

 

Le coq a chanté. Pierre a pleuré, Jésus a été exécuté ... il est mort, il est ressuscité et c'est en tant que ressuscité que Jésus a pardonné... et lui a dit d'être un « Pastor Bonus ». Jésus prend des risques en faisant confiance à des hommes du type de Pierre et les répercussions jalonnent l'Histoire de cette Église jusqu'à aujourd'hui. Pour le meilleur et pour le pire.

Nous sommes en 2009, Le mouvement que Jésus désirait est devenu une institution déployée, prestigieuse, puissante repliée sur elle-même aujourd'hui. « Cette institution verticale fut pour une large part empruntée à l'Empire ....Cette centralisation verticale fonctionne sur la déité de sa caste supérieure, comme les nobles, comme les membres du soviet, comme les ministres et les parlementaires » écrit David Laufer. Cela résonne en nous (et nous sommes nombreux) comme le son joyeux d'une cloche qui appelle à réfléchir, à prier, à continuer la lutte par loyauté critique et respectueuse des autorités. Il n'en reste pas moins que, dans des expériences de mort, les défis de la Bonne Nouvelle sont relevés par des gens très simples, des laïcs, des prêtres aussi, des femmes, des hommes de toutes races. La liste est longue. La priorité de Jésus « Aime ton prochain comme toi-même » est commun a ces semeurs d'espérance, de toutes croyances et religions et sans religions même. Beaucoup, les vrais saints ne sont pas conscients d'avoir fait du bien! « Quand est-ce que nous t'avons secouru, guéri, habillé, visité ... Jésus répond: c'est quand vous avez aidé le « plus petit » que vous l'avez fait à moi. »

http://www.interbible.org/interBible/ecritures/bu/index.p...

  • David Laufer, bien placé pour le savoir, puisqu'il a fréquenté l'école Champittet sous la direction de prêtres, se penche sur les vœux: chasteté (ou célibat...c'est la même chose?), obéissance, pauvreté. Des prêtres amis (en Afrique du Sud et aussi un très vieil ami décédé dernièrement à Lausanne) m'en ont parlé ouvertement, candidement. Je suis sœur, j'ai fait ces promesses et j'ai, comme d'autres, découvert les systèmes institutionnels ecclésiastiques, politiques, économiques et nous avons questionné: « Quel est le sens de ces vœux dans un contexte d'apartheid en Afrique du Sud où le système ecclésiastique était lié à un système injuste et inhumain? » (« Une hérésie et un crime contre l'humanité » Déclaration de l'Alliance réformée mondiale (ARM) et l'ONU définit l'apartheid comme un crime contre l'humanité »). Qu'en pensait Jésus? L’orthopraxis (la pratique) est-elle cohérente avec l’orthodoxie?

    Alors notre prise de conscience commune de l'ambiguïté incontournable de ce contre-témoignage, nous a mis en face a) de l'Église peuple de Dieu et b) de l'Église-institution: deux entités séparées, voire opposées. Nous sommes bien placés pour le savoir! Aujourd'hui, et pas en Afrique du Sud seulement, les répercussions filtrent dans la mémoire vive des peuples. L'institution semble repliée sur elle-même, effrayée, statique jusqu'à ce jour malgré les extraordinaires moyens de communication! Pourquoi?

  • Pour nous, c'est le petit prophète Michée (6:8) qui nous a éclairés: « On t`a fait connaître, ô homme, ce qui est bien; ce que Dieu demande de toi: « C'est que tu pratiques la justice, (pauvreté); que tu aimes tendrement (chasteté) et que tu marches humblement avec ton Dieu (obéissance) ». Cela correspond à la pratique des vœux. « La volonté de Dieu: c'est travailler au bien commun ». (Albert Nolan, Jesus Today, page 189). En débattre avec les autorités est laborieux mais pas impossible. Ce qui fait dire à Albert Nolan: « Les prophètes sont des gens qui élèvent la voix lorsque les autres gardent le silence. Ils critiquent la société dans laquelle ils vivent, ils critiquent leur pays où ils sont nés, ils critiquent les institutions religieuses dont ils sont membres. » (Jesus Today, page 63). C'est une loyauté critique, pas servile.

  • Comme le dit François Houtart: « Le Vatican empêche des messages de passer. Les gens en recherche d'une spiritualité, d'une autre parole, se trouvent dans une Église en contradiction avec le réel et avec un langage compréhensible. Ils se cabrent donc contre l'institution ecclésiale alors qu'ils partagent les valeurs de base que l'Église doit défendre. » (François Houtart, prêtre chanoine, expert lors de Vatican II, est directeur de l'ONG Le centre Tri-Continental. Ce sociologue, professeur émérite de l'université catholique de Louvain, a écrit plus de trente livres, dont "L'Église et le monde" (Cerf).)

  • http://www.temoignagechretien.fr/journal/ar_article.php?num=3154&categ=FranceEurope

    En novembre 2008, François Houtart était l'invité de la COTMEC, Commission tiers monde de l'Église catholique à Genève: http://www.cotmec.ch/ Numéro 310 de Cotmec-info rapporte la prestation de François Houtart.

Et pour conclure la phrase d'un sage: « Et c’est l’un des défauts de notre époque de croire qu’il est plus important d’avoir un orgasme que de penser librement. » (elle est de David Laufer, avec reconnaissance!)

 

 

21:57 Publié dans Église(s) | Tags : prêtres | Lien permanent | Commentaires (15)

Commentaires

On peut se demander si tous ces prêtres castrés psychiquement depuis leur adolescence pensent vraiment librement!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 19/06/2009

voyons soeur resoudre l'equation avoir un orgasme vs. que de penser librement serait de pretendre que le createur a erre lorsquil a cree l'homme....

bonne journne a vous

Écrit par : don camillo | 19/06/2009

Et si l'orgasme aidait à penser librement?... La chasteté, le jeûne, la retraite, l'ermitage, le couvent, oui je vous suis, chère Claire-Marie. Mais pour un temps, seulement. La vie est faite d'un tel arc-en-ciel d'intensité qu'il est dommage de ne point goûter à l'orgasme. Pourquoi les religions ont jeté un voile sur la sexualité? Regardez l'Islam, aujourd'hui, et Rome. On nous fait peur avec la sexualité et les châtiments du ciel qui nous promettent l'enfer. Pourquoi? Parce que les chefs spirituels voudraient nous interdire de penser librement, justement? J'attends un pape révolutionnaire, un pape qui comme dans la chanson de Eddy Mitchell "mes biens chères soeurs, mes biens chers frères, pas de boogy-woogy avant votre prière du samedi soir" dise aux fidèles de Jésus que le sexe c'est le moteur de la vie active, l'âme la bougie, et Dieu la batterie. N'avez-vous jamais regretté dans votre vie de tenir votre magnifique chandelle en laissant votre moteur de vie tumultueuse sur mode désactivé? Pardonnez mon audace, chère Claire-Marie. Mon humour touche parfois à des convictions très profondes que je respecte parfaitement, par ailleurs.

Écrit par : pachakmac | 19/06/2009

Ma motivation pour ce billet était une appréciation de l'excellent texte de David Laufer. J'ai réfléchis sous le regard de celui qui fait toute ma vie: c'est simplement Jésus.
L'Eglise catholique a essayé de "prêcher" la Bonne Nouvelle. L'institution verticale et la réalité des prêtres (et du célibat imposé) sont le sujet de la réflexion de David, j'ai voulu la poursuivre à la lumière de Jésus, car le problème est actuel; pour une foule de gens "de tous es jours" qui cherchent un sens à leur vie et se sentent quasi abandonnés. Mais aussi par ce que les réalités que j'ai pu observer durant ma vie m'ont forcée à mûrir. Je crois que la dernière phrase qui conclut ma réflexion (citée de D. Laufer) a un sens bien plus profond qu'une exclamation spontanée. Sans la liberté de penser, on passe peut-être à côté l'essentiel de la vie. La question: l'essentiel, c'est quoi! La liberté penser librement: Jésus m'en donne l'exemple!!!

Écrit par : cmj | 19/06/2009

Et j'aime beaucoup vous lire car vous avez le sens biblique de Jésus dans le sang. Il est difficile de convaincre dans un monde ouvert aux fatuités les plus diverses. L'idéal est vu comme de l'illumination, l'utopie comme perte de temps, les expériences à la marge, comme des dérives et des perversions. Les gens n'ont, pour la plupart, aucune distance par rapport aux événements ou au discours tenu. tout est ingurgité de manière brute, sans creuser pour découvrir peut-être le diamant qui se cache sous la boue... Jésus a vécu en marge, aimait une prostituée, il a été houspillé, on lui a craché dessus, on s'est moqué de lui, et on l'a crucifié. Aujourd'hui, on dirait que Jésus habite au Vatican, qu'il roule sur l'or, que c'est une star élue accompagnée de ses starlettes. Quelle fausse image du Christ! Jésus aspirait à être une star. On ne lui a jamais accordé ce statut de son temps. Et pour cause! Merci, chère Claire-Maire. Vous êtes une des rares personnes à vraiment comprendre et apprécier mon travail tout en sachant garder distance et critiques bienvenues. Je crois que c'est ainsi que Jésus lui-même aurait voulu être traité des autorités et du peuple de son époque.

Écrit par : pachakmac | 20/06/2009

C'est quand même incroyable de penser que la sexualité éloigne de dieu (le vôtre, mais chacun le sien). C'est une sorte de paralysie psychique dans l'église catholique et d'autres aussi peut-être. Il faurait raisonner sainement et se demander pourquoi on coupe l'homme de l'un de ses ressorts les plus puissants, qu'on veuille l'obliger à faire l'ange (qui n'ont pas de sexe comme on croit le savoir)(quoique). Cela va avec le "aime ton prochain comme toi-même" ce qui est un non-sens psychologique complet, une impossibilité de fait. Il faut d'abord s'aimer soi-même avant de pourvoir aimer les autres. mais ce genre de paroles emblématiques sont répétées sans qu'on les comprenne vraiment, et l'on pense que l'on détient la vériter. Il y a encore beaucoup de travail pour s'autonomiser !

Écrit par : Victor Devaud | 20/06/2009

Cher Monsieur Devaud, merci beaucoup: "Il y a encore beaucoup de travail pour s'autonomiser !" C'est la meilleure traduction de "conscientization" (Paulo Freire) qui est mieux que "prendre conscience". Merci. Le sexe, ni son activité, ne peuvent éloigner de Dieu qui en est le créateur selon moi du moins. Comme vous j'ai du mal a cerner l'angoisse de certaines autorités catholiques par rapport au sexe!!! Si je suis en vie c'est grâce à l'activité sexuelle de mes parents! C'est un acte de création et Dieu merci que ce fut une jouissance! Itou!

A mon retour d'Afrique du Sud j'ai été forcée de dire à mes "responsables" "votre Dieu n'est pas le nôtre - le mien!" Les responsables ont eu l'intelligence de laisser la porte ouverte à un dialogue pénible et laborieux. Après des décennies on en arrive à murmurer que le Dieu des riches n'exclut pas le Dieu des pauvres. Entre les deux, il y a Jésus pour mettre les riches au défi tout en les respectant, et mettre les pauvres au défi de se mettre DEBOUT pour se libérer de la mendicité et de la servilité, en s'autonomisant justement! A notre époque dans ces discussions courageuses et sans tabous il reste quand même l'inquiétude, surtout chez les riches de bonne volonté, d'une sorte de "remote contrôle".
Quant au sexe dans l'Eglise catholique, (au sujet du célibat des prêtres à moins que le célibat soit choisi et NON PAS imposé) c'est le problème de qq prêtres) cela peut être un facteur d'inhibition! Avec les conséquences que l'on sait.
Personnellement, en tant que sœur, et personne sexuée comme tout le monde, j'ai peut-être eu la chance de me trouver dans un contexte qui réclamait toute notre énergie spirituelle, physique, psychique aussi, pour une libération commune du système d'apartheid. C'était pas facile ni sans accrocs! Mais l'énergie de Jésus avait un but. Même les autorités religieuses, à l'époque de l'apartheid, avaient d'autres soucis ...à moins que ce ne fut le sexe entre la race blanche et la race noire.

@ Pachakmac: merci!J'écrirai un petit mot plus tard.

Écrit par : cmj | 20/06/2009

Avez-vous connu personnellement Nelson Mandela, chère Soeur? C'est l'homme le plus fascinant et extraordinaire vivant encore sur la Terre. Je crois que c'est grâce à lui, à son expérience de prisonnier, que j'ai trouvé un modèle et un comportement d'existence à suivre dans ma vie. En tout cas, vous avez une sacrée pêche, et une vision du monde fortement ancrée dans le futur de l'humanité, si futur il y a, avec tout l'intégrisme que l'on vit, devine, et subit autour de nous. Comme je vous l'ai écrit, Dieu est avec vous dans ce combat inégal contre les forces du Mal (je préfère dire les forces de la Négativité car un bien peut parfois se révéler mal et vice versa. nous connaissons tous des expériences de vie où nous avons cru de bonne foi faire plus de bien que de mal et, hélas, cela s'est révélé inverse à l'usage).

Écrit par : pachakmac | 20/06/2009

Merci pour cette réflexion prolongée et enrichie.

Écrit par : david laufer | 22/06/2009

Cher Pachakmac, je n'aime pas ne pas tenir une promesse. Je ne vois pas le temps passer! Non, je n'ai pas rencontré Mandela, sinon en tant qu'une unité dans une foule qui l'écoutait. Mais on communique par un engagement commun. Cela suffit parfois. L'Humanité est au bord du chaos, on le sent, et nous gardons la paix parce que le feu brûle sous la cendre. Ce qui nous fait souffrir c'est la douleur de trop de personnes complètement innocentes. C'est une espèce de solidarité humaine, je crois que vous sentez cela dans les images sur votre blog. Si la négativité existe, on pourrait découvrir en cherchant un peu, beaucoup de choses positives et constructives. L'Iran et ce qui s'y passe est un signe des temps. Un peuple jeune, avec une histoire (Perse), des poètes, l'art, uniques au monde...et on voit ce que le pouvoir politico religieux en fait! Mais qu'est-ce qu'il y avait avant? Qu'en pensez-vous?
amicalement
claire-marie

Écrit par : cmj | 22/06/2009

Avant? J'aime cette énigme avant quoi? Le Déluge? L'Apocalypse? Avant cette théocratie à la limite de l'Enfer? Le peuple de Perse, des gens d'un pays que je n'ai jamais visité autrement qu'à travers des contes et des légendes... j'aimerais repartir sur la route. Mais mes enfants... Un jour je repartirai avec mon ordinateur de poche et je ferai au jour le jour le récit de mes rencontres et coups de foudre. Je n'attends plus que la maturité de tous mes enfants et...peut-être la non-réussite toujours probable de ma relation plus artistique que réelle avec mon grand amour actuel. Si une petite communauté de personnes continuent de suivre mes récits et images, je partirai sur cette route persane rempli de courage et d'une mission... en espérant que les théocrates me laissent vie et ordinateur entre les mains... C'est cela la différence entre avant et maintenant. Tout simplement la liberté d'expression, la beauté du monde et des gens plutôt que la haine et la folie meurtrière. Mais comme avant, c'était avant que Dieu crée le monde, cela fait longtemps que les humains s'empêchent mutuellement de vivre et de respirer. Merci de vos messages de sympathie. Vous ne pouvez pas imaginer ce que cela fait du bien de voir que de l'autre côté du mur virtuel, il y a des humains et pas des machines de consommation...

Écrit par : pachakmac | 23/06/2009

Humaniser le monde virtuel: un beau défi. C'est comme une bonne nouvelle, j'essaie d'imaginer Jésus devant l'ordinateur. Jésus aujourd'hui: son regard qui scrute les reins et les cœurs parce qu'Il nous aime. Jésus qui dit Oui pour oui et non pour non, aujourd'hui dans les médias. Jésus aujourd'hui. Dans le monde virtuel, Il dit "je suis".
Merci beaucoup.

Écrit par : cmj | 23/06/2009

Le monde virtuel est une technologie froide comme une plate-forme pétrolière. Les êtres humains qui le construisent doivent juste se rendre compte que derrière l'ordi, il y a une femme, un enfant, un homme, qui s'exprime, tente de construire un truc, créé un buzz comme ils disent, pour que sa petite coquille de noix perdue sur l'océan informatique se fasse remarquer, apprécier, voir aimer. Sur la plate-forme, les hommes sont solidaires même s'ils s'engueulent et se rudoient parfois. je ne vois pas pourquoi, sur le Net, nous ne faisons pas la même chose. L'anonymat m'énerve, la fuite m'énerve, l'abandon m'énerve et me déçoit terriblement. Jésus aurait bâtit les fondations de son idéal sur le Net s'il existait aujourd'hui. Car l'âme est avant tout esprit avant d'être protégée d'une apparence corporelle. C'est pourquoi on devrait être beaucoup plus physique sur le net. Montrer sa sueur, son sang, son amour ou son désamour, ses sentiments, à travers des textes et des images qui parlent de nous. Hélas! La science froide et la politique, la peur de perdre son travail ou ses privilèges font que chacun de nous reste de glace pour ne pas dire de marbre sur les divers blogs. Les statues, les idoles, c'est bien ce que Jésus rejetait, n'est-ce pas chère Claire-Marie? Et l'humanité devenant de plus en plus virtuelle dans nos jeux de séduction, je crains que nous ne fassions bientôt l'amour qu'à des poupées de porcelaine plus préoccupées de leur plastique et de leur train de vie qu'à des femmes qui s'engagent à côté d'un homme pour une grande histoire d'humanité...

Écrit par : pachakmac | 24/06/2009

"Jésus aurait bâtit les fondations de son idéal sur le Net s'il existait aujourd'hui". Mais c'est qu'Il existe bel et bien, Jésus aujourd'hui et bien au-delà des étroites frontières de son pays natal en son temps. Si Jésus n'existe qu'en dogme, en doctrine à enseigner, à prêcher, afin que les gens aient et gardent la foi, la résurrection de Jésus servirait à quoi? Aujourd'hui Jésus est vivant! C'est une question de découverte. On le cherche, on le trouve! Son Évangile ou sa Bonne Nouvelle est actuelle puisqu'elle est NOUVELLE! Comme je le comprends du moins. Jésus a vécu en homme parmi les hommes: "il a montrer sa sueur, son sang, son amour ou son désamour, ses sentiments" il a pleuré, il s'est mis en colère, il a eu peur, il a été tellement parfaitement humain qu'Il est Dieu comme l'affirme le grand théologien Edward Schillebeecks!
Jésus, vous avez raison cher Pachakmac, a rejeté les statues et les idoles dans son contexte! Et aujourd'hui alors? Question!
Son esprit nous anime dans notre réalité et notre contexte, pour essayer d'y découvrir des bonnes nouvelles, sans blesser personne, si on peut!,essayer de découvrir des fleurs sur un fumier, et même qq minimes poussières de vérité dans la PUB télé, que les spectateurs acceptent malgré eux, gobent les mensonges étalés et vont acheter une crème amincissante pour mettre sur les fesses et qui va les faire "maigrir" de qq centimètres en rien de temps! Mais la TV existe grâce à ces mensonges dit-on!!!

"L'âme est avant tout esprit avant d'être protégée d'une apparence corporelle". Peut-être que l'apparence du corps révèle l'âme? Même si le corps est une écorce, ou bien?

Écrit par : cmj | 24/06/2009

Cher Pachakmak, venez donc sur Facebook et postez-y des images de vous-même et de ce que vous aimez :)

Chère Claire-Marie, l'Esprit de Jésus en fait existait déjà avant l'Evangile, on le retrouve naturellement dans la pensée de Lao Tsu, etc...

Et oui, Cet Esprit est toujours Vivant :) Gardons l'espoir pour notre monde, tellement BEAU aussi!!!

Amitiés de passage à Chongquing dans la province de Sizchuan
Youtube et Blogspot ici sont censurés, mais pas Katutura :) Ni Fb :)
AM

Écrit par : Anne-Marie | 27/06/2009

Les commentaires sont fermés.