29/05/2009

Avant la Pentecôte

 


b1w782pvln3.jpg

Réflexions personnelles

Jésus aujourd'hui et l'Esprit aujourd'hui, c'est l'Unitude. Etre conscient du regard de Jésus sur le monde et sur nous en ce moment, c’est être conscient de son Esprit. C’est l'Esprit d'avant le Big Bang, l'Esprit planant sur les eaux, couvant les vagues comme une poule couve ses œufs. L’Esprit dans la plénitude du moment présent.

L'Esprit reposant en Jésus durant son séjour « espace-temps »,  à l'adresse Planète-terre, l'Esprit dans l’intimité de cet enfant juif. C’est un souffle radicalement nouveau dans la spiritualité orientale et hébraïque où il est né… «Il grandissait en âge et en sagesse » (Lc 2 : 40) radicalement nouveau aujourd’hui.

Ce passage sur terre de Jésus, l'Esprit incarné, la Parole (Verbe) donc, est d'une importance singulière pour l'espèce humaine dans son habitat naturel. Pour nous. Pour moi. Comme Jésus fut ouvert au souffle de l’Esprit, en Lui, nous pouvons être ouverts à Jésus donc à l’Esprit en ce temps de Pentecôte en directe.

Permettre à l’Esprit de vivre en nous, d’agir. Il n’est pas une chose, ni une définition ni une Troisème personne mystérieusement intégrée trinitèrement inaccessible "aux simples d'esprit"! Non, Il est la Vie. Même Vatican II l’a articulé : « Au fond de sa conscience, l’homme découvre la présence d’une loi qu’il ne s’est pas donnée lui-même... C’est une loi inscrite par Dieu au cœur de l’homme; sa dignité est de lui obéir et c’est elle qui le jugera. La conscience est le centre le plus secret de l’homme, le sanctuaire où il est seul avec Dieu et où sa voix se fait entendre” in Gaudium et Spes (16) ».

Si la présence de Jésus en son temps fit naître une ère nouvelle, la présence agissante de son Esprit dans notre monde grevé de contradictions, peut faire naître une ère nouvelle ! Quel défi ! Une ère nouvelle sans armes, sans famines, sans frontières. Sans capital accumulé, sans pub télé grossièrement mensongère, sans murs, sans préjudices... Actualiser la foi en la Pentecôte devrait  aboutir au royaume annoncé par Jésus.

La soif existe parce que l'eau existe. La soif et le désir de la spiritualité de Jésus aujourd’hui est ressentie dans la société post-moderne parce qu'on prend conscience de Jésus aujourd'hui. De son désir d'assouvir notre soif si nous le lui permettons.

L’homme, la femme rencontrés dans les endroits les plus inattendus sont conscients de ce phénomène hors structures, hors institution, et pregnant de potentialité! La soif de la spiritualité de Jésus est assouvie lorsque Jésus aujourd’hui agit dans tous les domaines publiques de la société. Lui permettons d’agir dans la réalité la plus banale et la plus humble de notre vie quotidienne. Parfois inconsciemment, mais réellement.

C’est, comme pour Jésus en son temps : une révolution, un monde à l’envers…les bouleversements, les systèmes et leurs gardiens mis à nu par la vérité des faits, les ouvriers virés par milliers, sans pubs télé grossièrement mensongères! C'est le moment propice de prendre au sérieux Jésus dans notre chaos. Le Kairos. Inventer et, donc agir dans l'insécurité pour concrétiser la Bonne Nouvelle de Jésus. N'est-ce pas ça, la Foi?

L’Esprit Saint, donc Jésus aujourd’hui, relativise les interminables liturgies et prêches minutieusement préparées et exécutées mais en manque de rapport directe avec notre réalité, en manque d’un « Buisson Ardent » qui nous pousse vers un nouveau départ.

 

08:15 Publié dans Spiritualités | Tags : esprit | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

Pour une adéquation entre l'Esprit de Jésus et le temps présent, je pense que la lecture de Teilhard de Chardin, que je présente sur mon blog en ce moment (cliquer sur mon nom), n'est pas inutile. Pour Teilhard, le Buisson ardent était en avant de l'humanité, c'est ce qu'il appelait le point Oméga. Mais il rayonnait secrètement dans les âmes dès ce temps, dès ce lieu.

Écrit par : Rémi Mogenet | 29/05/2009

Merci beaucoup, oui, j'avais lu votre billet sur l'universalisme selon Teilhard de Chardin; je viens de le relire. Qu'il ait vu le Buisson ardent en tant que point Omega de l'humanité, est nouveau pour moi.
C'est vrai que c'est en répondant à l'appel (l'attrait) du Créateur au cœur du Buisson ardent qu'on peut se retrouver - de partout - pour poursuivre son œuvre créatrice.
Bonne fête de Pentecôte
claire-marie

Écrit par : cmj | 29/05/2009

En fait, Claire-Marie, je ne me souviens pas qu'il ait parlé du Buisson Ardent en ces termes. C'est moi qui ai fait le lien entre la manière dont vous parlez du Buisson Ardent et la manière dont il parle du Point Oméga. Il s'agit de deux expressions différentes, mais dans le contexte, elles semblent désigner la même chose.

Bonne Fête à vous aussi.
R.M.

Écrit par : Rémi Mogenet | 31/05/2009

Oui, mais peut-être que l'expérience du Buisson Ardent signifiait pour Moïse: Va! et que pour Teilhard de Chardin Omega, comme je le comprends, signifie l'arrivée, le point d'arrivée qui rejoint le départ.Merci. claire-marie

Écrit par : cmj | 31/05/2009

Non, pour Teilhard, le point d'arrivée exerçait une attraction, il donnait aussi un ordre à la conscience: ce n'était pas réellement un point inerte, un but passif. C'était même tout le contraire. En quelque sorte, le Christ agissait depuis l'avenir, au sein du présent: il remontait le temps. Il parlait aux âmes depuis l'avenir. Il y avait quelque chose qui relevait de la science-fiction mystique.

Écrit par : Rémi Mogenet | 01/06/2009

(Mais l'ordre était peut-être plutôt : "Viens!" que "Va!" C'était aussi la perspective amoureuse, tel que Teilhard l'a exposée dans "Le Milieu divin", comme une fusion dans le Corps mystique de Jésus.)

Écrit par : Rémi Mogenet | 01/06/2009

Oui, Rémi, Quand je dis "l'Alpha et l'Omega" dans le sens d'un vécu, je comprends aussi que ce hors espace-temps (et l'idée m'a toujours fascinée) n'est pas un point inerte, surtout pas, c'est dans l'énergie de l'Univers qui ne cesse de se déployer. (Jesus today par Albert Nolan, P. 171 devrait paraître en traduction français en ce mois de juin)

Oui, le "viens" et le "va" comme Moïse (dit-on, l'a compris en son temps), c'est une seule et même chose chez Teilhard dont la pensée mystique approfondit notre réflexion.

Écrit par : cmj | 01/06/2009

A moins qu'Alpha, ce ne soit: Va! et Oméga: Viens! C'est peut-être les deux bouts de la Trinité. Teilhard était très sensible à la thématique de l'amour.

Écrit par : Rémi Mogenet | 01/06/2009

Oui Teilhard était sensible à la réalité de l'amour, comme nous.

Écrit par : cmj | 01/06/2009

Les commentaires sont fermés.