18/05/2009

LA SOUPE et plus

 

Un coup d’œil sur l'actualité

 

Lire les articles de 24 Heures révèle la personnalité du journaliste qui expose l'actualité, il/elle met les faits en situation dans le but de faire « voir » cette réalité aux lecteurs. Je ne crois pas qu'il peut être totalement neutre! Ni totalement objectif! La plume du journaliste révèle la main qui la tient, même s'il reste lui-même en retrait.

 

6208.jpgHier en écoutant la Soupe, (RSR 1ère) Esther Mamarbachi a hésité, légèrement embrassée par 3 petites questions: a) au sujet des 30 francs suisse de taxe comme sésame chez un docteur; b) au sujet des excuses, oui ou non, à la Lybie; c) au sujet de la canonisation et/ou béatification (Anne Baecher ne s'y retrouvait pas dans la séquence) de Pie XII. Esther a hésité avec raison, mais elle a eu le courage et l'intelligence de passer outre la fonction professionnellement neutre, pour répondre très brièvement par « oui et ou par non ». Vers la fin de La soupe pourtant, elle fait cette toute petite remarque: « J'ai un peu écorné la règle ». Quelle règle, exactement ? J'ai eu un grand respect pour cette journaliste qui, en plus, gère vigoureusement les bla-bla-bla d'Infrarouge!

 

Jésus était un journaliste expert en mises en situation  (contextualisation) dans sa société. Il parlait peu ou pas du tout de lui-même, mais révélait en directe les faits de son temps et de sa société. Il se trouvait au cœur de la réalité, Les gens parlaient et parfois, Jésus n’était que leur porte-parole. Mais Sa signature était limpide, comme celle écrite dans le sable devant les docteurs de la Loi en train de faire lapider une femme « selon la règle », la Loi! (St Jean, chap. VIII, 1-59). C'était tellement clair et net que ces hommes doctes, savants, coupables eux-mêmes des péchés attribués à la femme, déguerpissaient en commençant par les plus vieux!!! Quelle mise en situation! Jésus en prenant parti pour cette femme devra continuer ses discussions avec les docteurs de la Loi; un désaccord profond se creuse encore entre les gardiens du système religieux et Jésus qui affirme son rôle d'homme intègre et vrai.

La vérité libère.

Mais, selon la Loi, selon la Règle, Jésus n'était pas à l'abri d'une accusation, et il risque même de se faire lapider. Après un échange serré avec les Docteurs de la Loi... »ils ramassèrent alors des pierres pour les lui jeter ; mais Jésus se déroba et sortit du Temple. » Lire le chapitre 8 de Jean, un magnifique exemple de mise en situation! http://www.biblia-cerf.com/BJ/jn8.html

Obama, invité à l'Université catholique Notre Dame, Indiana, USA.

Obama.jpg

Hier après-midi à l'Université catholique Notre Dame, Barack Obama a été hué hier par des pro-lifers haineux, qui lui jettent à la figure:  "Abortion is murder," « avorter est un meurtre », il répond simplement: "We're not going to shy away from things that are uncomfortable" en français: « Nous n'allons pas esquiver les problèmes embarrassants ». Et il a relevé le défi comme c'est rapporté à l'adresse : http://www.catholicnews.com/data/stories/cns/0902274.htm

 

Faisant face à ce dilemme de démocrate, confronté à des visions du bien différentes et irréconciliables, le nouvel hôte de la Maison Blanche a refusé l’impasse du choc violent des convictions dans l’espace public. « Comment travaillons-nous à travers ces conflits ? Est-il possible de joindre nos mains dans un effort commun ? (…) Comment pouvons-nous rester fermes sur nos principes et combattre pour ce que nous considérons juste, sans diaboliser ceux qui ont, sur l’autre bord, des convictions tout aussi fortes ? », a-t-il questionné.

« Il est une voie, a-t-il soutenu : celle qui consiste à « ouvrir nos cœurs et nos esprits à ceux qui peuvent ne pas penser exactement comme nous ou qui ne croient pas exactement ce que nous croyons »... « C’est alors que nous découvrons au moins la possibilité d’un terrain d’entente. » ...« Chaque partie continuera à plaider sa cause dans l’espace public avec passion et conviction. Mais certainement pouvons-nous le faire sans réduire à la caricature ceux qui ont des vues différentes ? », a-t-il simplement envisagé. (de l'excellent article dans le journal

La Croix: http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2374010&a...

 

La contextualisation du problème au sujet de la recherche sur les cellules souches embryonnaires … le cas de l’avortement, un dossier qui a « des dimensions à la fois morales et spirituelles … nos politiques de santé doivent être enracinées non seulement dans une science solide, mais aussi dans une éthique claire ainsi que dans le respect de l’égalité des femmes ». Un encouragement pour les 12 000 étudiants présents, et pour nous qui essayons de promouvoir la vie en plénitude concrètement.

 

Qu'écrirait Jésus dans nos Quotidiens? Rien probablement. Mais Il guide la pensée critique et constructive des journalistes et, sans aucun doute, Il se trouve au cœur des mises en situation. En toute personne. Son influence gonfle nos voiles aujourd'hui surtout face aux vents contraires, aux moyens restreints, à la précarité pour tous! Il faut une grande force pour chercher la vérité et l'écrire de telle manière qu'elle nous interpelle, nous défie, nous pousse à l'action pour le bien commun! On pourrait prier le Notre Père: « Donne -nous aujourd'hui notre droit au travail, au bien commun ». On répète cette prière tous les jours, mais voilà « Il ne faut pas dire à Dieu ce qu'Il doit faire sans que nous le fassions nous-mêmes! »

 

22:37 Publié dans Monde | Tags : la soupe | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Chère Claire-Marie,
Diane M. Murdoch, courageuse critique des religions organisées, répond ici actuellement sur son blog aux messages parfois violents qui lui sont adressés
http://tbknews.blogspot.com/2009/05/do-you-hate-yourself.html
Amités d'Asie (de passage à Beijing aujourd'hui)
AM

Écrit par : Anne-Marie | 19/05/2009

Dieu a créé, l'univers et l'Homme !
Mais pas la folie des Hommes !

http://www.intersexualite.org/

Écrit par : Nicolas | 28/05/2009

Les commentaires sont fermés.