09/04/2009

JEUDI SAINT

 

Semaine sainte

Jeudi

a%20-%20J%C3%A9sus%20lave%20les%20pieds%20de%20ses%20disciples_jpg.jpg

Parfois on se lave les mains avant de se mettre à table, Chez Jésus on se lave plutôt les pieds. Pourquoi?

Se laver les pieds quand on travaille en zone rurale, la terre et les chemins sableux, les rafales de vents répandent une traînée de poussière qui s'enfile jusque entre les orteils, sous la plante des pieds, dans les oreilles, les yeux et les cheveux, sans parler des habits qu'on peut secouer en les ôtant. Quant au reste, on attend le soir, si l'eau coule, un mince jet de douche te délivre et ta peau commence à respirer, sinon tu prends un seau quelconque et avec l'eau louche de la citerne en taule ondulée, et une lavette, tu fais du nettoyage à la main.

 

Les lieux où Jésus vécut ressemblent à certaine zone d'Afrique australe où j'ai vécu. Se laver les pieds ou laver les pieds d'un passant ou d'un visiteur est aussi normal que de lui montrer les WC artisanat au fond de l'enclos.

Jésus avait l'habitude et avant ce repas, si eux n'ont pas eu l'idée de se laver les pieds les uns les autres, Jésus s'est mit au travail et il a lavé ces pieds poussiéreux et sales des pêcheurs et ceux de sa mère comme un geste de politesse ordinaire. Pierre, dit-on se serait rebiffé et Jésus lui dit « Pourquoi? Laisse faire! Ce pauvre Pierre voulait alors qu'on le lave en entier! » Ils étaient rugueux, ses apôtres, et puis dans leur culture, un peu comme dans les cercles religieux actuels, ils auraient plutôt pensé que c'était le service des femmes! Jésus leur a simplement donné l'exemple. Concrètement.

 

« Si donc je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres » (Jean 13, 14).

 

Puis ils mangent et boivent avec plus ou moins d'appétit et, dans l'ambiance lourde d'un orage menaçant, Jésus les rassure que lui-même est conscient d'être recherché par la police. Ils mangent du pain et boivent du vin, fait maison, comme toujours et leur dit d'en faire autant en se souvenant de Lui. Ils pigent? Comment dire? Quelle lourdeur! Jésus n'y tient plus, il s'en va, trois le suivent jusque sous les oliviers, Il prie son Abba, le seul qui reste présent en Lui alors que les autres dorment et que sa mère est retournée chez elle. Jésus alors se sent vraiment seul mais il ira jusqu'au bout car il pense au long terme au-delà de la menace d'exécution dont il est bien conscient.


mosaique-tabga-3.jpg

 

Il leur avait dit qu'Il ne les laisserait pas seuls, qu'Il serait présent s'ils le lui permettent et s'ils savent le reconnaître comme Sœur Emmanuelle, l’abbé Pierre, Mère Térésa et beaucoup, beaucoup d' autres, des anonymes, des athées, qui au fond d'eux-mêmes reconnaissent Jésus aujourd'hui, chez nous et au de-là, “J’ai faim, soif, je suis emprisonné, étranger, expulsé, dépouillé... et vous êtes là! » Pas à l'église, mais dehors sur le parvis, plus loin, ailleurs... ceux et celles que les systèmes humilient mécaniquement!

Écoutons le témoignage que Dom Helder Camara racontait aux chrétiens du Brésil : Un jour, des fidèles viennent me demander de célébrer une messe de réparation dans leur village. Pourquoi ? Parce que des voleurs ont pillé l’église. Ils ont cassé le tabernacle, emporté le ciboire, et, en partant, ils ont jeté les hosties dans la boue. J’y suis allé, bien sûr, et je leur ai dit : Vous êtes horrifié parce que le Corps du Christ a été jeté dans la boue. Mais n’oubliez pas qu’ici et ailleurs, le Corps du Christ est jeté dans la boue quand les pauvres et les petits sont humiliés.”

 

Commentaires

Don Helder Camara a bien dit. Mais souvenons-nous que le vatican asciemment et méthodiquement torpillé et annéanti finalement le mouvement dit de la théologie de la libération. Pourquoi cela lui déplaisait-il donc tant. Le papae actuel, Torquemada élu par ses pairs, ne fait guère mieux dans la même ligne de pensée rigoriste.

Écrit par : Joel Bonjour | 09/04/2009

cher Joel, merci. On ne se connaît pas mais votre question est pertinente et plus que jamais actuelle: "Pourquoi cela lui déplaisait-il donc tant?" (la théologie de la libération).
Tous ceux (et celles d'une autre manière) qui ont été harassés pour avoir annoncé la Bonne Nouvelle pourraient se poser cette question-là. Selon moi, une partie de la réponse est la peur de "perdre un certain pouvoir". La théologie de la libération, la Parole de Jésus, invitent le "paralysé(ée) de se mettre debout et d'avancer et de récupérer leur dignité que leur ôtent les systèmes. Pour ne pas entendre, on parle. Le Pape parle abondamment, les "fidèles" sont muets.

Ils crient parfois leur révolte, ou leur sagesse, dans les rues, c'est Jésus qui s'exprime en eux lorsqu'ils demandent la justice et la possibilité de vivre en hommes libres.
Pourquoi cela déplaît-il au Pape? Merci d'avoir posé la question.

Écrit par : cmj | 09/04/2009

Ici et ailleurs, le Corps du Christ est aussi jeté dans la boue quand la richesse (l'argent) n'est pas honoré. Nous souvenir que Dieu-Amour est abondance.
Les pauvres ont une responsabilité eux aussi.*
Et finalement avec ND Walsch nous souvenir qu'il y a assez pour tous et que l'heure de partager est là avec nous tous.
Joyeuses Pâques!
AM

*La nouvelle spiritualité de l'Unité explique qu'il n'y a pas de victimes. Mais il faut lire par exemple Louise Hay ou Lise Bourbeau ou Neale Donald Walsch our Deepak Chopra ou Wayne Dyer, etc. pour comprendre ce concept. Dans la dualité il paraît inacceptable.

Écrit par : Anne-Marie | 10/04/2009

Vous mentionnez ci-dessus dans votre réponse à Joël chère Claire-Marie que "une partie de la réponse est la peur de "perdre un certain pouvoir".
En fait il y a aussi la peur d'exercer notre Divin pouvoir personnel.
Comme cité l'automne dernier ici sur votre blog, revoici les mots de Marianne Williamson

“Our deepest fear is not that we are inadequate. Our deepest fear is that we are powerful beyond measure. It is our light, not our darkness, that most frightens us. We ask ourselves, who am I to be brilliant, gorgeous, talented, and fabulous? Actually, who are you not to be? You are a child of God. Your playing small doesn't serve the world. There's nothing enlightened about shrinking so that other people won't feel insecure around you. We are all meant to shine, as children do. We are born to make manifest the glory of God that is within us. It's not just in some of us, it's in everyone. And as we let our own light shine, we unconsciously give other people permission to do the same. As we are liberated from our own fear, our presence automatically liberates others.”

Écrit par : Anne-Marie | 10/04/2009

"La nouvelle spiritualité de l'Unité explique qu'il n'y a pas de victimes". Est-ce parce que c'est "nouveau"? Je ne suis pas encore si loin, chère Anne-Marie. J'ai peut-être aussi vécu trop "corps à corps" avec celles et ceux que les systèmes tuaient, pour ne pas penser à eux comme victimes. En Jésus, ils sont vainqueurs bien sûr.
affectueusement
claire-marie

Écrit par : cmj | 10/04/2009

Très chère Claire-Marie, il n'y a pas de vainqueurs non plus.
Dieu Amour ne juge pas.
Tout Ce Qui Est a sa raison d'être.
La liberté d'aimer nous est donnée dans n'importe quelle situation. Pas toujours simple à réaliser, mais néanmoins possible ...
Le miracle de Pâques est complétement présent lorsque nous nous souvenons de notre part de Divinité Eternelle.

Reçue aujourd'hui cette très belle Lettre du Paradis

Heavenletter™ # 3060 – UNE VISION PLUS PROCHE DE CELLE DE DIEU - Publiée le 11 avril 2009

Dieu a dit :

Si vous croiriez en votre propre bonté et en votre beauté, vous seriez tellement soulagés. Un grand poids vous serait ôté, n’est-ce pas? Pourtant vous tenez à l'idée, aussi loin que vous vous souvenez, que vous n'êtes pas nobles. Vous pouvez vous voir comme un paresseux ou celui qui se trompe presque invariablement. Je me demande quel confort il y a à penser que vous êtes moins que Moi. Même maintenant, quand Je vous dis que vous êtes une de Mes plus belles créations, vous protestez intérieurement, comme si Je ne vous connaissais pas vraiment, comme si J'étais dupe. Mes bien-aimés, Je vous connais vraiment. Vous êtes celui qui est dupe. Vous ne commencez pas encore à savoir qui vous êtes, de quoi vous êtes capables et quelle mienne vision que vous avez déjà servie. Vous pouvez convenir que vos intentions sont bonnes, mais vous vous cramponnez encore à l'idée que vous avez été imparfaits. Je me demande si vous estimez qu'il y a quelque chose que vous savez que Je ne sais pas. Céderez-vous un petit peu et vous approcherez-vous de Mon approbation sur vous? Que voudriez-vous savoir de plus que de savoir que vous êtes tellement aimés par Celui qui vous a créés de Son propre souffle? Que vous manque-t-il de plus que de vous connaître comme Je vous connais?

Vous pouvez dire que vous me tenez en grande estime et pourtant vous pouvez croire votre jugement plus exact que Ma perception. Comme Je languis que vous vous voyiez comme Je vous vois vraiment! Quand vous vous tenez dans quelque cave sombre de la pensée, vous ne M’estimez pas non plus. Vous faites une certaine sous-catégorie pour vous et vous devez aussi Me mettre dedans.

Vous pouvez dire que vous M’estimez. Vous pouvez vouloir le dire de tout votre cœur et pourtant quand vous vous voyez comme rejetés, à quelle hauteur M'évaluez-vous Moi qui vous ai faits? Vous sentir Mes serviteurs ne M'honore pas, Mes bien-aimés. Ne pouvez-vous pas apprendre et grandir dans la vie et aussi vous rendre hommage?

J'aimerais tellement vous faire aimer vous-même. Je m’intéresse au fait que vous m'aimez, mais si vous deviez choisir, Mes bien-aimés et évidemment, vous n’avez pas à choisir, mais si vous le faisiez, Je vous demanderais de choisir de vous aimer. Je chéris votre amour pour Moi, mais Je chéris encore plus votre amour pour vous. Et Je reviens vers l’idée de ce que vaut votre amour pour Moi quand vous ne vous aimez pas, vous que J'ai créé à Mon image.

Et si vous ne pouvez pas vous aimer autant que vous M'aimez, pourquoi, alors, donner votre amour pour Moi à vos frères et soeurs qui sont aussi Ma création.

Moi, qui suis l'Amour Lui-même, Je ne peux créer que la magnificence. Je sais que vous avez du mal à le croire. C'est ça qui importe, Mes bien-aimés. Vous ne me croyez pas.

Croyez-vous vraiment que J’établis Mon amour pour vous selon comment vous regardez ou comment vous agissez? Je vois la brillante Vérité de vous. Je vois toute votre lumière. Pourquoi regarderai-Je quelque chose de moindre? Oubliez tous les défauts dont vous vous préoccupiez. Vous êtes parfaits à Mes yeux. Vraiment, quels yeux ont gagné le droit d’avoir prépondérance sur Mes yeux? Mes yeux voient clairs. Mes pensées sont claires. Sans tenir compte de que vous voyez et focalisez, Je vous vois et Je suis content. Et même, Je suis fou de joie quand Je vois Ma création artistique. J'ai créé chacun pareillement et vous percevez des différences et vous percevez des fautes.

Ne savez-vous pas que Je vous exhorte à laisser aller le passé et à commencer à voir avec une nouvelle vision plus proche de la Mienne?

Traduit par Christine
Page originale : http: // www.heavenletters.org/a-vision-more-like-gods.html

Cordiales pensées pascales
Anne-Marie

Écrit par : Anne-Marie | 11/04/2009

Les commentaires sont fermés.