03/04/2009

NOUS SOMMES LE MONDE

 

G20 à LONDRES

 

 

vivreensemble-d5729.jpg

En écoutant la BBC entre 17 et 18h00 aujourd'hui

 

Etait-ce une perte de temps ?

Dans une salle sans fenêtres, Gordon Brown vient déclarer : « Le G20 marque l'avènement d'un "nouvel ordre mondial". Sa conclusion : "Aujourd'hui, le monde s'est uni pour lutter contre la récession mondiale. Pas avec des mots, mais avec un plan de reprise mondiale et de réformes assorties d'un calendrier clair", a déclaré le Premier ministre britannique Gordon Brown dans sa déclaration concluant le sommet. Puis il a annoncé le prochain sommet en Ecosse. Ce sera en septembre 2009, un nouveau G20 consacré à mettre en musique les décisions du jour. Il sera l'occasion de vérifier que les grandes déclarations ont bien été suivies d'effet. Puis Brown s’est efforcé de répondre aux questions très pertinentes des journalistes au sujet de l’attente des gens, des chômeurs, des sans-abri, il a répondu en ne répondant jamais à la question. Là, quand il n’avait plus en main son papier il répondait machinalement selon le souffle du système de « l’ancien ordre mondial » encore bien en vie ? Question d’une consœur : « D’où proviennent ces tonnes de dollars puisque les banques sont vides ? » Qu’aurait répondu Brown ? Les mots pour les G20 ont-ils la même signification que pour nous, pour les millions qui n’ont pas de compte en banque ?

Une chose m’a quand même frappée, une phrase de Brown au sujet de la pauvreté, particulièrement en Afrique, « When we see people suffering, we will not pass by to the other side ! » En passant ! La seule étincelle évangélique. La parabole du Bon Samaritain actualisée au G20 à Londres ? Sans doute lit-il l’Evangile.

« Et qui donc est mon prochain ? » Jésus reprit : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits ; ceux-ci, après l’avoir dépouillé, roué de coups, s’en allèrent en le laissant à moitié mort. Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; il le vit et passa de l’autre côté. De même un lévite arriva à cet endroit ; il le vit et passa de l’autre côté. (Luc 10 :25-37). Aujourd’hui :

· Qui sont les gens dépouillées, rouées de coups, à moitié mort ?

· Qui sont les brigands ?

· Qui sont les Samaritains ?

 

En 2005, le G8  à Gleneagles en Ecosse. Et puis ce chant : « Nous sommes le monde » « We are the World » (Un CD spécial a été produit en 2005 pour les 10ans de la chanson. Tous les profits iront à 90% en Afrique et 10% aux États Unis pour venir en aide aux sans-abri ».

Je l’ai re-écouté ce soir et si vous cliquez : vous pourrez l’entendre, malheureusement en Anglais, mais vous entendrez peut-être la motivation profonde des manifestants, dans la rue où chez eux qui se posent la question : « Comment des messieurs-dames du G20 ont-ils l’audace de ce qu’ils disent en notre nom ? Nous ont-ils consultés ? Leurs conclusions répondent-elles à nos besoins d’avoir un peu de travail et de pain, ce soir, pas demain ! »

 

http://www.sumo.tv/watch.php?video=983123

 

We_Are_the_World_cover.jpg

Ma prière ce soir est que « le nouvel ordre mondial » planifié par les G20 et voulu par Jésus il y a plus de 2000 ans, ressemble un peu au « royaume de Dieu » .  Non, écouter la BBC n’était pas une perte de temps, je l’espère.

 

09:03 Publié dans Monde | Tags : g20 suite | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

J'adore votre billet !

;o)

Écrit par : Blondesen | 02/04/2009

Merci chère Claire-Marie pour ce texte formidable, de même que le précédent ( le partage du pain, de l'eau, de la terre, du travail et de ses revenus) - des textes très très forts, engagés, cela fait du bien.

Votre consoeur a bien raison, d'où sortent ces 1000 milliards de dollars ? cela dépasse l'entendement, alors que tous les Etats croulent sous les dettes- et surgissent cet argent virtuel et ces manipulations. Je ne suis pas économiste, mais je trouve cela très inquiétant. Il faudra toucher le fond pour pouvoir rebondir et créer un "nouvel ordre mondial" qui soit juste et qui partage. Mais comment ? Nous avons été trop loin dans l'avidité, la cupidité. Les grands politiciens ont laissé depuis des années partir la planète en roue libre.

On a beaucoup à faire et il me semble que les milliards virtuels ne sont pas la solution. C'est peut-être l'expression de la panique des grands décideurs ? Qui en profitera ?

Michel Bühler chantait, il y a longtemps :

"C'est toujours les p'tits qui se mouillent, quand viennent l'orage et la pluie,
C'est toujours les p'tits qui se mouillent, les grands sont bien à l'abri".

Bonne nuit, chère Claire-Marie ! et Merci.

Écrit par : Tatiana H. | 02/04/2009

Teufel, bien qu'agnostique, je trouve que chaque mot pèse son poids, et tombe sur les pieds de qui les méritent !...
Bien à vous

Écrit par : redbaron | 03/04/2009

Athée je suis d'autant plus heureux de pouvoir vous féliciter pour ce beau texte aujourd'hui.

Écrit par : Mère | 03/04/2009

Je me joins aux éloges !
C'est bien dit, très bien dit... Le monde marche sur la tête, vous avez essayé de le remettre à l'endroit.

Écrit par : Dani | 03/04/2009

Les commentaires sont fermés.