26/03/2009

UNE SURPRISE!

 

Aujourd'hui: une surprise

 

Detail_regular.jpg

Quand tu te sens coincé en un lieu agréable mais fixe, tu es heureuse lorsqu'une une offre de promenade t'est offerte. Tu la saisis avec bonheur.

Nous sommes donc partis, quatre dans la voiture, mes deux consœurs, le prêtre chilien Rodriguo et moi, vers la Glâne et vers Romont. La campagne est brun-grisâtre, des patchs de restes de neige salie, rien de vert. Personne sur la route, des maisons campagnardes ou des résidences secondaires... aux portes et fen^tres closes, il fait encore froid bien sûr! Rien de très exotique vu de la vitre de la voiture. Rien d'exubérant. Des contours raccourcissent les kilomètres, c'est la Suisse si exiguëe que tu as l'impression de sauter à pieds joints d'un petit village à l'autre... à force de s'habituer, je trouve que c'est varié et original après les pistes rectilignes, parfois dangereusement monotones de l'Afrique des steppes.

Soudain au détour d'un énième contour la tour d'un château: Romont en passant par le monastère cistercien de la Fille-dieu juste pour faire halte. Les sœurs flottent dans les plis d'une immense robe blanche, elles chantent les psaumes à 14heures. Liturgiquement cela se nomme « None ». Belle psalmodie, simple, humble priante. Au fond de cette église un vitrail d'un bleu fascinant, comme l'azur d'un ciel qui repose sur les vagues. C'est tout nouveau pour moi, cette découverte. On ne se dit ni bonjour ni au revoir. Les moniales cisterciennes de la stricte observance rentrent dans leur cloître la prière finie. Et nous sortons.

Mais quelques précisions sur « La Fille-dieu »: « Le monastère de Cisterciennes de La Fille-Dieu fut fondé en 1269 par trois jeunes femmes natives de la Glâne fribourgeoise: Juliette, Pernette et Cécile. L'Evêque de Lausanne rendit visite à ce monastère en 1268 et lui donna le nom de "Fille-dieu". En 1346, l'église fut dédicacée. En 1349, le monastère devint Abbaye. Le droit de combourgeoisie de Romont lui fut attribué en 1463. En 1536, Romont devint fribourgeoise et, dans la seconde moitié du 16ème s., Fribourg établit un Administrateur pour la gestion du couvent de La Fille-dieu. »

RIMG0317.JPG

 

Je suis sûre que les sœurs moniales portent tout le bonheur et toute l'intolérable souffrance du monde dans leurs prières, sept fois par jour! Que quelqu'un les écoute ou pas importe peu. Dieu chante en elle et la musique de Dieu est faite d'un silence aussi profond que la mer! Et que leur âme communautaire sans doute.

C'est raide, la montée vers Romont: Rotundo-Monte, d'origine germanique si j'ai bien compris. Il y avait un Comte, donc un château. Le château et le Musée du vitrail. Le Musée: « Ses riches collections proposent un panorama, unique en Suisse, de l’art du vitrail et de la peinture sous-verre : un monde merveilleux de l’image, de la couleur, de la lumière et des reflets. Le château de Romont, sa magnifique cour intérieure et son orangerie, son aile savoyarde reliée par une passerelle en verre à son aile fribourgeoise, offre un écrin prestigieux pour découvrir des oeuvres du Moyen Age au 21e siècle ».

recherches_projets_vitrail_2.jpg

Que c'est mystérieux et merveilleux, l'art du verre: des vitraux qui permettent de respirer l'âme d'une autre époque, d'autres pays (européens) à travers le Moyen-âge … si proche du nôtre. J'imagine mieux le contexte de la belle histoire d'Héloïse et d'Abélard! Et leur problème d'un amour impossible. Bref! Nous allons d'un trésor à l'autre et chaque oeuvre d'art représente quelqu'un: une main d'artiste, l'artiste, son rêve, sa solitude, son impossible persévérance pour faire ce qui est beau, sachant qu'il y aura une faille... une finitude! Comme notre Créateur je pense. Pour moi l'abondance d'images à voir me fatigue et je m'éloigne tranquillement pour arriver vers la sortie, garnie de "l'arbre de Pâques" ou pendent des oeufs – de Pâques - en verre soufflé, légèrement argentés et transparents... on y verrait un poussin...je rêve à l'oeuf et au poussin de notre conjoncture planétaire.

Sur la route vers Bulle, je digère les découvertes de cette Glâne fribourgeoise, de sa piété, de son art, de ses donjons et des vestiges du Moyen-age proche, si proche du nôtre si on regarde à la loupe.

22:29 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.