09/12/2008

Mes lectures

Federico Garcia Lorca

etourneaux.JPG

Complicité à deux… ou trois

"Les vagues riment avec le soupir

Et l'étoile avec le grillon

Frissonne sur la cornée tout le ciel froid,

 Et le point est une synthèse de l'infini

Mais qui unit les vagues aux soupirs

Et les étoiles aux grillons?

 Attendez que les génies

Aient un moment d'oubli:

Les clés flottent parmi nous." (Harmonie: de F.G. Lorca)

 

Un jour, des enfants donne à F.G. Lorca une pierre à lire: et il improvise:

" Chers enfants, je suis ici depuis longtemps, très longtemps. Mes plus belles années ont été celles où j'ai servi de toit à une fourmilière. Ses habitantes étaient tellement persuadées que j'étais le ciel que je l'ai cru aussi. Aujourd'hui, je sais que je suis qu'une pierre, mais ce souvenir est mon secret. Ne le dites à personne." (p.186 I.G.) "Spirale Mon temps avance en spirale La spirale limite mon paysage Et me fait cheminer plein d'incertitude.

O ligne droite!

Pure

Lance sans cavalier,

 Comme rêve de ta lumière

Mon sentier tournant! (p 202 I.G.)

"Ce paysage nocturne où les insectes parlent entre eux et cet autre panorama, ou ce qu'on voudra – je n'ai cure ni besoin de le savoir – sont sur le point de n'avoir pas existé. Ils viennent de l'âme, là où soufflent des brises incroyables aux sonorités lointaines." (p 220 I.G.)

"F.G. Lorca est le poète des horizons universels, mais il reste profondément grenadin"

(p 232 I.G.)

 

Qu'est-ce que la vie? Quel sens a la vie?

Lorca: " Félipe, la vie, c'est le rire au milieu d'un rosaire de morts; vivre, c'est regarder, au-delà de l'homme qui brait, l'amour dans le cœur des gens. C'est être le vent et dessiner une risée sur les eaux du ruisseau. C'est venir de nulle part, aller nulle part, en étant partout entouré de larmes."(id p 235)

Les commentaires sont fermés.