16/11/2008

Méditation dominicale

Le buisson ardent 

 

clairebussions.jpg

 

 

Moïse faisait paître le petit bétail de son beau-père Jethro. Il emmena brouter ses bêtes jusqu’au mont Horeb, on ne sait trop pourquoi il se dirige de ce côté-là. Un buisson en feu l’intrigua, il voulut l’éviter, mais les flammes s’élançaient non-stop comme un appel à la réflexion ! Moïse, fasciné, un peu perdu et craintif, ôta ses sandales et s’accroupit sur ses talons. " Je Suis Celui qui Suis "  remua dans son cœur de pasteur la réalité de ses compatriotes israéliens dominés par les Egyptiens.  Une vraie mise en situation, écoutons : 

 

http://mythesfondateurs.perso.cegetel.net/Le%20buisson%20... Yahvé dit : "J'ai vu la misère de mon peuple qui est en Egypte.
J'ai entendu son cri devant ses oppresseurs ;
Oui, je connais ses angoisses….

 Maintenant, le cri des Israélites est venu jusqu'à moi,
Et j'ai vu l'oppression que font peser sur eux les Egyptiens.
Maintenant va, je t'envoie auprès du Pharaon,
Fais sortir d'Egypte mon peuple, les Israélites." 

 

Rien que ça ! Voilà où mène la méditation et le cœur à cœur avec Dieu : Va ! Agis ! Libère !

Qu’est-ce que me chantent les flammes du buisson ce week-end, à Bulle ? C’est simple : elles ont le visage, le vécu, la voix de notre conseiller fédéral Samuel Schmid,  qui avait assumé la responsabilité du Département fédéral de la défense (DDPS) il y a huit ans dit-on, et qui s’en ira tout soudain. Il donne quelques raisons de sa démission le mercredi, 12 novembre, face aux médias :

 

·        Vivre l'exclusion de celui qui pense autrement, sentir monter en soi un esprit de résistance. Résister par fidélité aux valeurs comme la liberté, le respect et l'écoute de l'autre ·        Tenir le coup, résister à la pression et à la diffamation. ·        Considérer son âge et les signaux d'atteinte à sa santé ·        Savoir écouter son corps, et détecter une certaine «fatigue de l'esprit. » (Je cite ces 4 raisons de mémoire, librement)

Ceci est un langage nouveau dans la bouche d’un politicien. Des raisons dépouillées de calculs. Profondes, transparentes. Celles d’un homme droit ! Cela me coupe le souffle. Presque.

Mon Dieu qu’il est difficile d’imaginer autre chose qu’une langue de bois dans la bouche d’un politicien! Tant on dirait que la sinuosité des propos, l’esprit tordu, l’incapacité d’écouter la voix du peuple font partie de leur fonction et de leurs intérêts partisans et/ou personnels !

Je suis surprise : ce que dit Samuel Schmid sonne vrai ! Comme Nelson Mandela. J’ai l’audace de dire « comme Jésus aujourd’hui ! » Encore un souvenir : le 10 décembre 2005, je crois, Samuel Schmid avait été « l’invité surprise » de la Soupe, l’émission dominicale, joyeusement satirique de la RSR 1ère.  Je n’ai pas pu re-entendre cette émission mais je me souviens que les garçons et filles de la soupe, taquins qu’ils sont, avaient, oui, une approche respectueusement rigolote des fourberies du système et de ses fonctionnaires. C’est l’aromate de la soupe. Le Président de la Confédération le savait. Il s’est prêté au jeu, respectueusement itou ! Si bien que la conclusion – après la promesse de l’enfer – m’a impressionnée par l’affectueuse gratitude et le respect que lui a témoignés l’équipe de la Soupe ! Il y a un tel contraste entre cette Soupe et l’espèce de « mise en accusation télévisée » de Samuel Schmid, quelque temps après les remous Nef ! Là, le journaliste invitait des représentants de différents partis à mordre à pleines dents l’accusé Schmid. On le sentait humilié en tant qu’homme !  Sans autres armes de défense que sa peau !

 

J’ai eu honte d’être suisse ce soir-là ! Et je suis contente de la conclusion de François Nussbaum/Berne Arcinfo.ch 13.11.08 :  « Schmid, un homme blessé par la virulence et la perfidie des attaques subies durant des années. Il avait une autre conception de la culture politique. » La déclaration la plus noble peut-être, de Samuel Schmid, a été sa reconnaissance d’avoir « fait des erreurs, d’avoir été (trop) confiant… » Encore une fois on semble entendre le langage de Mandela. Montrez-moi un politicien, une autorité qui dise humblement : « J’ai fait une erreur ou je me suis trompé » ??? L’armée dans tout ça et dans ma méditation ? Nul de nous ne choisit de naître dans un monde où règne la globalisation des armes, cela fait partie de cette faille depuis que Caïn a tué son frère Abel et que le Créateur a demandé « Où est ton frère ? » Jusqu’à aujourd’hui. J’appuie de toutes mes forces le mouvement GSsA, une Suisse sans armée, y compris en tout premier un Vatican sans gardes suisses armés. Mais je respecte le responsable d’une armée de Défense qui fait ce qu’il peut dans cette faille belliqueuse ! Croire à l’utopie d’une planète sans armée, c’est simplement croire à la dignité d’un seul homme ! Tout homme. J’écoute la mélodie, la plus belle, d’Isaïe 2,3-5, « Ils, les hommes,  forgeront leurs épées en soc de charrue et leurs lances en faucilles. Une nation ne lèvera plus l'épée contre l'autre, et l'on n'apprendra plus la guerre. » Jésus à Pierre : «Remets ton glaive au fourreau ! » (Jean 18 :11) Encore Jésus à Pierre : « Remets ton épée en son lieu, car tous ceux qui  auront pris l’épée périront par l’épée. » (Matthieu 26:52) « Yes, moi j'ai eu le plus étrange des rêves que j'n'ai jamais eu ! J'ai rêvé que le monde était d'accord pour ne plus faire la guerre ! » (Graeme Allwright:  “The strangest dream!” Chanter cela, c’est encourageant, Miriam Makeba a montré que le chant et la lutte pour la justice et la paix sont UN. C’est une lutte, un travail. Jérémie clamait : "Ils disent: paix, paix! mais il n'y a pas de paix!"  (Jérémie 6 :14) En méditant voici que je prends la défense  de Samuel Schmid, et alors ? Quand on permet à l’Esprit de Jésus de s’exprimer en nous, il va souvent à rebrousse-poil des médias. Par exemple, Matthieu 8 ; 5-17 rapporte la rencontre entre le Centurion de l’armée d’occupation romaine et Jésus ici : http://viechretienne.catholique.org/meditation/10807-un-exemple-etonnant Nous nous trouvons en bonne compagnie. Demeurer cœur à cœur avec Yeshuah, contempler le buisson enflammé de notre quotidien,  puis partir avec Lui en essayant de construire la paix. Petitement. Chez nous, plus loin.

Je crois que Jésus jette un regard de tendresse sur le chef démissionnaire du Département de la Défense suisse.

 

Le buisson ardent 

Moïse faisait paître le petit bétail de son beau-père Jethro. Il emmena brouter ses bêtes jusqu’au mont Horeb, on ne sait trop pourquoi il se dirige de ce côté-là. Un buisson en feu l’intrigua, il voulut l’éviter, mais les flammes s’élançaient non-stop comme un appel à la réflexion ! Moïse, fasciné, un peu perdu et craintif, ôta ses sandales et s’accroupit sur ses talons. " Je Suis Celui qui Suis "  remua dans son cœur de pasteur la réalité de ses compatriotes israéliens dominés par les Egyptiens.  Une vraie mise en situation, écoutons : 

 

http://mythesfondateurs.perso.cegetel.net/Le%20buisson%20... Yahvé dit : "J'ai vu la misère de mon peuple qui est en Egypte.
J'ai entendu son cri devant ses oppresseurs ;
Oui, je connais ses angoisses….

 Maintenant, le cri des Israélites est venu jusqu'à moi,
Et j'ai vu l'oppression que font peser sur eux les Egyptiens.
Maintenant va, je t'envoie auprès du Pharaon,
Fais sortir d'Egypte mon peuple, les Israélites." 

 

Rien que ça ! Voilà où mène la méditation et le cœur à cœur avec Dieu : Va ! Agis ! Libère !

Qu’est-ce que me chantent les flammes du buisson ce week-end, à Bulle ? C’est simple : elles ont le visage, le vécu, la voix de notre conseiller fédéral Samuel Schmid,  qui avait assumé la responsabilité du Département fédéral de la défense (DDPS) il y a huit ans dit-on, et qui s’en ira tout soudain. Il donne quelques raisons de sa démission le mercredi, 12 novembre, face aux médias :

 

·        Vivre l'exclusion de celui qui pense autrement, sentir monter en soi un esprit de résistance. Résister par fidélité aux valeurs comme la liberté, le respect et l'écoute de l'autre ·        Tenir le coup, résister à la pression et à la diffamation. ·        Considérer son âge et les signaux d'atteinte à sa santé ·        Savoir écouter son corps, et détecter une certaine «fatigue de l'esprit. » (Je cite ces 4 raisons de mémoire, librement)

Ceci est un langage nouveau dans la bouche d’un politicien. Des raisons dépouillées de calculs. Profondes, transparentes. Celles d’un homme droit ! Cela me coupe le souffle. Presque.

Mon Dieu qu’il est difficile d’imaginer autre chose qu’une langue de bois dans la bouche d’un politicien! Tant on dirait que la sinuosité des propos, l’esprit tordu, l’incapacité d’écouter la voix du peuple font partie de leur fonction et de leurs intérêts partisans et/ou personnels !

Je suis surprise : ce que dit Samuel Schmid sonne vrai ! Comme Nelson Mandela. J’ai l’audace de dire « comme Jésus aujourd’hui ! » Encore un souvenir : le 10 décembre 2005, je crois, Samuel Schmid avait été « l’invité surprise » de la Soupe, l’émission dominicale, joyeusement satirique de la RSR 1ère.  Je n’ai pas pu re-entendre cette émission mais je me souviens que les garçons et filles de la soupe, taquins qu’ils sont, avaient, oui, une approche respectueusement rigolote des fourberies du système et de ses fonctionnaires. C’est l’aromate de la soupe.

 

Le Président de la Confédération le savait. Il s’est prêté au jeu, respectueusement itou ! Si bien que la conclusion – après la promesse de l’enfer – m’a impressionnée par l’affectueuse gratitude et le respect que lui a témoignés l’équipe de la Soupe ! Il y a un tel contraste entre cette Soupe et l’espèce de « mise en accusation télévisée » de Samuel Schmid, quelque temps après les remous Nef ! Là, le journaliste invitait des représentants de différents partis à mordre à pleines dents l’accusé Schmid. On le sentait humilié en tant qu’homme !  Sans autres armes de défense que sa peau !

 

J’ai eu honte d’être suisse ce soir-là ! Et je suis contente de la conclusion de François Nussbaum/Berne Arcinfo.ch 13.11.08 :  « Schmid, un homme blessé par la virulence et la perfidie des attaques subies durant des années. Il avait une autre conception de la culture politique. » La déclaration la plus noble peut-être, de Samuel Schmid, a été sa reconnaissance d’avoir « fait des erreurs, d’avoir été (trop) confiant… » Encore une fois on semble entendre le langage de Mandela. Montrez-moi un politicien, une autorité qui dise humblement : « J’ai fait une erreur ou je me suis trompé » ??? L’armée dans tout ça et dans ma méditation ? Nul de nous ne choisit de naître dans un monde où règne la globalisation des armes, cela fait partie de cette faille depuis que Caïn a tué son frère Abel et que le Créateur a demandé « Où est ton frère ? » Jusqu’à aujourd’hui. J’appuie de toutes mes forces le mouvement GSsA, une Suisse sans armée, y compris en tout premier un Vatican sans gardes suisses armés. Mais je respecte le responsable d’une armée de Défense qui fait ce qu’il peut dans cette faille belliqueuse ! Croire à l’utopie d’une planète sans armée, c’est simplement croire à la dignité d’un seul homme ! Tout homme. J’écoute la mélodie, la plus belle, d’Isaïe 2,3-5, « Ils, les hommes,  forgeront leurs épées en soc de charrue et leurs lances en faucilles. Une nation ne lèvera plus l'épée contre l'autre, et l'on n'apprendra plus la guerre. » Jésus à Pierre : «Remets ton glaive au fourreau ! » (Jean 18 :11) Encore Jésus à Pierre : « Remets ton épée en son lieu, car tous ceux qui  auront pris l’épée périront par l’épée. » (Matthieu 26:52) « Yes, moi j'ai eu le plus étrange des rêves que j'n'ai jamais eu ! J'ai rêvé que le monde était d'accord pour ne plus faire la guerre ! » (Graeme Allwright:  “The strangest dream!” Chanter cela, c’est encourageant, Miriam Makeba a montré que le chant et la lutte pour la justice et la paix sont UN. C’est une lutte, un travail. Jérémie clamait : "Ils disent: paix, paix! mais il n'y a pas de paix!"  (Jérémie 6 :14) En méditant voici que je prends la défense  de Samuel Schmid, et alors ? Quand on permet à l’Esprit de Jésus de s’exprimer en nous, il va souvent à rebrousse-poil des médias.

 

Par exemple, Matthieu 8 ; 5-17 rapporte la rencontre entre le Centurion de l’armée d’occupation romaine et Jésus ici : http://viechretienne.catholique.org/meditation/10807-un-e... Nous nous trouvons en bonne compagnie. Demeurer cœur à cœur avec Yeshuah, contempler le buisson enflammé de notre quotidien,  puis partir avec Lui en essayant de construire la paix. Petitement. Chez nous, plus loin.

 

Je crois que Jésus jette un regard de tendresse sur le chef démissionnaire du Département de la Défense suisse.

 

samuelschmid.jpg

 

 

Les commentaires sont fermés.