04/11/2008

Mes lectures, préambule

cricket patte rouge.jpg

 

 

Question de Federico Garcia Lorca : « Mais qui unit les vagues aux soupirs
et les étoiles aux grillons? »
F.G. Lorca

Cité dans la présentation de l’île Radio Suisse Romande (Expo 02) aux lacustres potentiels. J’eus l’occasion d’habiter l’île.

Dès lors les vagues, le ciel, les poissons, les oiseaux se mirent à réfléchir avec moi sur le radeau tout en aiguisant ma curiosité : mais qui est Federico Garcia Lorca ? Quelle réponse à la question ?

De retour à Lausanne, j’ai trouvé, à la Bibliothèque des informations, des biographies, des textes du Poète. Comme un cadeau tombé du ciel ! Ayant rendu les livres empruntés, je trouve, dans une petite librairie au coin d’une rue du Flon :

Titre : Federico Garcia Lorca (collection Poètes d’aujourd’hui)

Auteurs : Armand Guibert et Louis Parrot

Editions : Pierre Seghers,  1947

 

Je l’ai acheté, lu comme on boit l’eau au ruisseau, comme on dévore un morceau de pain complet !

Je me retrouvai, gamine de 13 ans en juillet 1936 à notre ferme de la Fin du Teck.  Un orage déchaîné, la grêle, les blés d’or couchés alors qu’on allait moissonner lendemain ! Un quart de la toiture arraché. Je sentais le regard de papa sur la tache jaunie, tachetée de grêlons blancs comme des hosties égarées ou une manne qui nous narguait ! La main de papa était moite et son regard humide ! Maman était déjà au travail pour parer au plus pressant afin que la vie continue malgré tout.

Curieusement, cela n’empêchait pas mes parents  de discuter, de commenter les actualités hors de nos frontières rapportées par les journaux et la Radio. Il était question justement de Franco et de ses phalanges, hélas associés à la droite catholique de l’époque. Il était question de la révolte des rebelles qui aspiraient à une vie plus juste ! Je percevais la perplexité dans leurs arguments contradictoires de mes parents. Deux camps : les rebelles, athées, communistes, brûlant les églises, tuant les prêtres, brûlant les églises. Et puis le caudillo Franco, défendant l’ordre établi, maintenant la loi et l’ordre, les valeurs  chrétiennes. Les autorités ecclésiastiques soutenaient Franco.

Quelles étaient les causes et le but de cette guerre civile? D’où venaient les armes ? L’hebdomadaire l’Echo Illustré, avait publié l’histoire d’une Sœur infirmière qui soignait un prêtre gravement blessé par les rebelles sans Dieu. Elle tomba amoureuse de son patient qui mourut et la Sœur de dire : « Que m’importe à moi d’être aimée pourvu que j’aime ! » 

Dans mon cœur de d’adolescente, je commençais à me faire une opinion. De prendre parti. Pour la Justice et la Paix en Espagne ! Si les vaincus et les victimes du franquisme pouvaient écrire l’Histoire… Aujourd’hui, peut-être que Federico Garcia Lorca m’aidera à voir plus clair !

Je me retrouve en 2002 sur l’île au large de Forel. Je contemple les vagues paisibles et je rêve en plein soleil. Les souvenirs émergent des profondeurs fluides du temps. Ils mûrissent, fleurissent, portent toutes sortes de fruits ! Pour construire le règne de Dieu comme l’a révélé Yeshuah ! La question de l’inconnu Federico Garcia ne me quitte pas.

Serait-ce le souffle de son Esprit qui unit les vagues aux soupirs et les étoiles aux grillons ? Je suis comme un petit grillon égaré sur un radeau à qui sourit l’étoile qui va me faire découvrir un poète, un musicien, un peintre aux milles nuances. Un beau fou captif du rêve du créateur. Ce rêve que seule, la Bonne Nouvelle de Jésus peut réaliser par la voie des poètes aussi.

L’Enfant muet

L’enfant cherche sa voix

(le roi des grillons l’a prise)

Dans une goutte d’eau

l’enfant cherchait sa voix.

Je n’en veux pas pour parler

mais pour en faire une bague

qui portera mon silence

en son tout petit doigt

Dans une goutte d’eau

l’enfant cherchait sa voix.

La voix captive au loin

Mettait un habit de grillon.

(Page 117, traduit par Armand Guibert)

http://montdutemple.blog.lemonde.fr/2005/12/

« Le jour est Dieu qui descend

et le soleil la brèche par où Il passe » F.G.L.

crcketttt.jpg

Les commentaires sont fermés.