01/11/2008

Méditation dominicale (2). Jour des morts

clairlumine.jpg

« Leur regard me contemple…Leur tendresse sentie, c’est l’ange gardien ! »

 

 

Questions :

 

 

Le regard d’un enfant assassiné, celui des victimes de la faim, de la soif, de la prostitution, celui des suicidés, des exécutés contemplerait-il les coupables ? Le plus terrible, c’est que les systèmes protègent les vrais responsables qui restent invisibles ! Contempler qui dès lors ? Pardonner à qui ?

 

La tendresse des « Saints Innocents post modernes » n’a que Jésus enfoui dans leur plus profonde pureté pour contempler et pardonner.  

 

La capacité de tendresse et de pardon de Jésus, si seul dans nos déserts habités, est un mystère, identique à sa capacité d’aimer.

 

 

 « Si ton ennemi a faim, donne-lui du pain à manger; s’il a soif, donne-lui de l’eau à boire. Car ce sont des charbons ardents que tu amasses sur sa tête, et l’Eternel te récompensera. » ( Prov. 25 :21-22).

 

 

Jésus avait appris les Ecritures, y compris le proverbe ci-dessus. Mais Il  va bien au-delà en s’identifiant aux victimes des ennemis, debout face aux systèmes injustes. Par exemple : Dietrich Bonhoeffer et les gazés, Oscar Romero et les opprimés du El Salvador,  des milliers de par le monde qui occupent notre pensée ce 2 novembre 2008, Jour des morts. C’est-à-dire des vivants.

 

 

Dans les églises catholiques, un lumignon brûlera en souvenir de chaque personne décédée durant l’année. C’est une tradition et c’est bien. Mais l’Eglise catholique, « universelle » dit-on, donc sans frontières selon l’adjectif, pourrait allumer un lumignon pour chaque mort en Irak, en Afghanistan, au Soudan, dans les banlieues de Paris, les taudis de Johannesburg, en oubliant aucun de nos frères en humanité.  Une immense promesse de Vie illuminerait notre terre…car c’est dans la mort que la Vie brille de tous ses feux.

 

Le changement est en marche et les morts-vivants  nous indiquent le chemin. Avons-nous peur qu’ils ne manifestent quelque chose qui nous inquiète ? Comme l’abandon des armes, des armées, des trônes et des dominations ?

 

Anecdote : C’était dans un township du Cap nommé Maitland. Le dimanche, la petite église vétuste était bondée ! La Jeunesse étudiante et la Jeunesse ouvrière chrétienne (JEC et JOC) se retrouvaient pour la journée et animaient la liturgie eucharistique. Avec bonheur, je faisais partie de ces jeunes et nous étions chargés des chants ! Un dimanche nous avons trouvé, appris, décidé de chanter ce cantique irlandais du 15ème siècle (en anglais bien sûr !) qui fait chanter Jésus Christ crucifié :

 

« Je dansai le matin, lorsque le monde naquit,
Je dansai entouré de la lune, des étoiles, du soleil,
Je descendis du ciel et dansai sur la terre,
Et je vins au monde à Bethléem.

Dansez, où que vous soyez,
Car je suis le Seigneur de la danse
Je mènerai votre danse à tous, où que vous soyez
Où que vous soyez
Je mènerai votre danse à tous.

Je dansai pour le scribe et pour le pharisien,
Mais eux n'ont voulu ni danser ni me suivre
Je dansai pour les pêcheurs, pour Jacques et pour Jean:
Eux m'ont suivi et ils sont entrés dans la danse.

Je dansai le jour du sabbat,
Je guéris le paralytique,
Les saintes gens dirent que c'était une honte...
Ils m'ont fouetté, m'ont laissé nu,
Et m'ont pendu bien haut, sur une croix,
Pour y mourir.

Je dansai le vendredi, quand le ciel devint ténèbres
Ils ont enseveli mon corps, et ont cru que c'était fini,
Mais je suis la danse et je mène toujours le ballet.

Ils ont voulu me supprimer,
Mais j'ai rebondi plus haut encore,
Car je suis la Vie, la Vie qui ne saurait mourir.
Je vivrai en vous, si vous vivez en moi,
Car je suis le Seigneur de la danse...

(Sydney Carter poète anglais du XIIIe siècle)

 

http://www.spiritualite2000.com/page.php?idpage=1571

 

Ce chant choisi par la Jeunesse JOC et JEC, choqua profondément le prêtre, les consœurs et une poignée de fidèles. C’était profane, irrespectueux nous a-t-on reproché à haute voix.  Qu’attendait-on de nous ? Nous avons continué de chanter « le Seigneur de la Danse » hors les murs de l’église. La Vie, parfois, fleurit hors les murs et certainement hors les tombeaux.

 

 

Commentaires

Je comprends votre révolte chère amie Claire-Marie.
On aimerait avoir une baguette magique dissipant la douleur et la misère.

Mais, le changement ne peut venir que du coeur responsable de chacun.

Le Christ-Vivant nous parle aujourd'hui par exemple via ND Walsch et dans Conversations avec Dieu, Livre 1, page 33, nous aide à prendre conscience que nous sommes tous, TOUS ...

~ Créateurs

Il n'y aucune victime dans l'univers, il n'y a que des créateurs. ~

La compréhension de cette affirmation enseignée par la "Nouvelle Spiritualité" réforme notre monde infiniment en profondeur.

Une pétition pour l'Unitude dont "Conversations avec Dieu" est à l'origine nous invite à la Paix ici http://humanitysteam.org/node/538

Et un très beau livre révolutionnaire sur la mort, un message d'amour extraordinaire écrit par ND Walsch et paru en 2006, est intitulé "Retour à Dieu. Une Vie sans Fin."

Très cordiales pensées en ce dimanche de la Toussaint
Anne-Marie

Ps. Comme vous, chère Claire-Marie, j'aime le message de ce cantique irlandais du 15ème siècle.
Il me rappelle Rose Kennedy qui a 104 ans disait encore "Dieu veut que nous soyons heureux."

Écrit par : Anne-Marie | 02/11/2008

Ici je viens de retrouver en anglais les 18 Rappels du message extraordinaire de HOME WITH GOD In A Life That Never Ends

This wonderful book contains 18 Remembrances about Life and Death. (The book calls them "remembrances" because CwG says that there is "nothing we have to learn, we have merely to remember...")

The First Remembrance: Dying is something you do for you.

The Second Remembrance: You are the cause of your own death. This is always true, no matter where, or how, you die.

The Third Remembrance: You cannot die against your will.

The Fourth Remembrance: No path back Home is better than any other path.

The Fifth Remembrance: Death is never a tragedy. It is always a gift.

The Sixth Remembrance: You and God are one. There is no separation between you.

The Seventh Remembrance: Death does not exist.

The Eighth Remembrance: You cannot change Ultimate Reality, but you can change your experience of it.

The Ninth Remembrance: It is the desire of All That Is to Know Itself in its own Experience. This is the reason for all of Life.

The Tenth Remembrance: Life is eternal.

The Eleventh Remembrance: The timing and the circumstances of death are always perfect.

The Twelfth Remembrance: The death of every person always serves the agenda of every other person who is aware of it. That is why they are aware of it. Therefore, no death (and no life) is ever "wasted." No one ever dies "in vain."

The Thirteenth Remembrance: Birth and death are the same thing.

The Fourteenth Remembrance: You are continually in the act of creation, in life and in death.

The Fifteenth Remembrance: There is no such thing as the end of evolution.

The Sixteenth Remembrance: Death is reversible.

The Seventeenth Remembrance: In death you will be greeted by all of your loved ones --- those who have died before you and those who will die after you.

The Eighteenth Remembrance: Free Choice is the act of pure creation, the signature of God, and your gift, your glory, and your power forever and ever.

Écrit par : Anne-Marie | 02/11/2008

Merci beaucoup, chère Anne-Marie,j'aime cette "collaboration et complémentarité. Je vais essayé de trouver ND Walsh.
As for the remembrances: I'm struck by "No one ever dies "in vain." To which I venture to add: "No one ever lives in vain".
Very kindly
claire-marie

Écrit par : cmj | 02/11/2008

Chère Claire-Marie,
Merci j'ai bien reçu votre courriel le 1er novembre et depuis vous ai envoyé trois messages (dont un en provenance de facebook)... possiblement arrivés dans vos spams ? Merci de vérifier.

D'autre part j'aimerais aujourd'hui partager avec vous un site très intéressant ou le coeur libre a aussi toute sa place d'expression http://www.itinerances-spirituelles.info/

Très cordialement
Anne-Marie

Écrit par : Anne-Marie | 04/11/2008

Chère Anne-Marie, merci beaucoup pour le partage. Mais les trois messages ne sont pas arrivés. Dommage. Je vous envoie un mail maintenant en espérant que cela vous parviendra, avec mon amitié
claire-marie

Écrit par : cmj | 04/11/2008

Chère Claire-Marie, merci de votre email tout juste arrivé ici à l'aube à HK.
Je vais demander à mon technicien (mon fils) ce qui se passe. Grâce à lui, les messages de HK à Bulle finiront bien par refaire surface, j'imagine :)
A bientôt, AM

Écrit par : Anne-Marie | 04/11/2008

Les commentaires sont fermés.