11/10/2008

Méditation dominicale

 

clairpaysage.jpg

 

 

Les signes du temps

 

« Nous avons la chance de vivre à une époque pleine de promesses en même temps que saturée de dangers inimaginables. Et nous ne sommes pas tous au même endroit. Les uns sont très en avant et les autres reculent, d’autres encore ne savent pas s’ils avancent ou reculent. Il est donc très difficile de se faire une idée, en tant que famille humaine, du point actuel de notre évolution.

Une métaphore peut nous aider. Nous ressemblons à un paquebot océanique géant, coupé de ses amarres et qui navigue sans capitaine ni boussole sur les sur les vagues houleuses. Les dangers sont incalculables. Est-ce que nous courons vers le naufrage et l'extinction ? Certains veulent retourner sans risque au port mais ce n'est plus possible.

D'autres, distraits, ne sont pas conscients que le paquebot tangue dans un courant marin capricieux, transitoire, plus fort que lui.  D’autres encore, fous d’appréhension et d’angoisse, voudraient sauter à l’eau et nager seuls vers le rivage. Mais nous en sommes bien trop éloignés, il n'y a plus de possibilité de revenir en arrière. Nous sommes tous ensemble dans ce paquebot humain.  

D'autre part, un nombre croissant de passagers perçoivent cette dérive en pleine mer comme une chance sans précédent de s'éloigner de l'esclavage et des souffrances du passé, une avancée vers la terre promise de liberté et de bonheur. De nouvelles possibilités apparaissent chaque jour à l’horizon. La soif d’une nouvelle spiritualité « en situation » est une espérance réelle qui nous tend les bras, qui nous ouvre l’esprit. Le désir de justice, de paix et de coopération est un encouragement à continuer la recherche, la communication. Un redoublement d’énergie.

Des voix nouvelles surgissent du ras des pâquerettes,  la mondialisation de la compassion pour celles et ceux qui sont dans le besoin est une immense promesse d’humanité. Le danger de l’individualisme est reconnu et la nouvelle science nous offre une carte indiquant où nous en sommes, d’où nous sommes venus et où nous pourrions finalement aboutir.

Les dangers et les menaces subsistent. Le bateau coule déjà, et tandis que certains essayent de réparer les  fuites, d'autres dans leur égoïste aveuglement, créent de nouvelles fuites et ignorent les icebergs devant nous.

Il n'y a pas de tempête en mer. La nature ne nous est pas hostile. Non. C’est à bord que la tempête fait rage entre les passagers eux-mêmes, chacun poursuivant aveuglément son chemin égoïstement programmé et personnel.

Mais qui tient le gouvernail du navire ? Qui a le contrôle et la responsabilité de la traversée? Les forces du Marché ? Wall Street ? L'Armée et les militaires ? Le grand empire américain ? Ou le hasard chanceux ou malchanceux ? Ou Dieu ?

C’est au cœur de notre réalité en ce moment de l'évolution de notre univers, que nous sommes invités à considérer à nouveau et à prendre au sérieux la sagesse spirituelle de Jésus de Nazareth.

(Jesus Today, pages 45 et 46, ma traduction libre)

Je m’associe cœur et âme à la réflexion d’Albert Nolan. L’expérience de Dieu en certains moments privilégiés de méditation ou dans la simplicité des plus petits gestes quotidiens, L’expérience de Dieu dans les cendres grises de nos rêves fait rejaillir le feu, la source de notre énergie.

Jésus : « Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! » (rapporté par Luc 12 :49)

 

Katutura1.gif 

Commentaires

Chère Soeur,

Je trouve tout à fait touchant que vous ayez un blog ici pour répandre la bonne parole...
Néanmoins, je déplore sincèrement que toute religion soit un déni de la nature que Dieu nous a donné: en nous enseignant de renoncer à nos propres idées pour adopter celles de la "religion" choisie, nous nous aliénons de notre nature profonde, jusqu'à perdre tout esprit critique.

En choisissant un "berger", nous nous transformons en mouton. C'est plus pratique dans la vie de tous les jours, cela nous évite de trop réfléchir, suivre devient suffisant, nous privant ainsi de toute la richesse d'intelligence et de libre pensée dont notre créateur nous a pourvu.

Notre société d'aujourd'hui est-elle plus perdue qu'il y a 100 ans avant les premières guerres mondiales, par exemple?

Plus perdue qu'il y a 50 ans lorsque la violence éducative (prônée par la Bible) était de rigueur dans les familles?

Plus perdue que pendant la traite des Noirs? (soutenue aussi par la Bible, puisque Paul donne des conseils aux esclaves, qui ne doivent pas vous être inconnus)

Je crois au contraire que notre société est beaucoup plus humaine aujourd'hui, et ceci grâce à l'éloignement de l'esprit religieux et au courage qu'on eu certains d'exprimer et de développer leurs idées au lieu de prendre celles toutes faites des religions...

Ceci sera pour votre méditation dominicale :=)

Respectueusement

Umaine

Écrit par : Umaine | 11/10/2008

je crois que nous sommes à longueur d'onde. Merci.

Écrit par : cmj | 11/10/2008

@ Umaine

Bonjour,

Permettez-moi d'être un peu surprise par votre réaction, que je comprends très bien et même partage sur le fond mais pas par rapport à ce blog - il me semble tellement évident, limpide, que Soeur Claire Marie ne cherche pas du tout à "répandre la bonne parole " ni à leurrer ses lecteurs....Si vous lisez régulièrement son blog, vous devriez percevoir sa révolte permanente face à l'injustice sociale, face à la rigidité et aux fastes dans les religions, sa réflexion permanente face au Pouvoir- quel qu'il soit- et à toutes ses dérives, qu'elle empoigne sans cesse ! avec quelle attention à tout ce qui se passe dans le monde, au niveau de l'essentiel.

Pas de référence au Jésus trahi par la religion catholique ou le christianisme en général, dont Soeur Claire Marie a dit récemment qu'il ne s'y reconnaîtrait pas, mais à une grande figure qui a tenté de changer la société dans laquelle il vivait, et à transmettre un message de solidarité, de justice et d'amour au sens le plus large, auquel on peut adhérer en tant qu'être humain.
La vision de Claire Marie donne de Jésus est aussi, il me semble, celle d'un homme révolté, d'un homme en marche.
Un non croyant peut aussi réfléchir dans ce sens au message de Jésus, et la spiritualité n'est pas, je crois, un asservissement à une religion, mais un chemin de recherche d'abord humain, ici et maintenant.

D'autre part, pensez à la trajectoire de Claire Marie, son engagement sur le terrain, dans les townships durant tant d'années, 40 ans je crois, ce combat quotidien contre l'Apartheid avec tous les risques insensés que cela implique, avec un courage que je n'aurais pas. Et son engagement encore récent dans le conflit de La Boillat à Reconvilier dans lequel elle a été si présente, si vous saviez.

Non, Soeur Claire Marie ne nous invite pas à bêler, mais bien au contraire, à refuser tout ce qui détruit l'humain, et sans violence, à réfléchir et à nous mettre debout !

Mes bons messages

Tatiana

Écrit par : Tatiana Honegger | 12/10/2008

Les commentaires sont fermés.