22/09/2008

ZUMA versus MBEKI

A l’occasion de ses nonante ans, Nelson Mandela a reçu la visite de Thabo Mbeki, président du gouvernement d’Afrique du Sud en même temps qu’il recevait celle de Jacob Zuma, nouveau président de l’ANC, lequel (Zuma) avait, en décembre 2007, Mbeki de la présidence du Congrès National Africain.

Lors de la visite des deux politiciens, Mandela leur a déclaré :

« Aucune personne, aucune section, aucune fraction ou groupe ne doit se considérer comme étant plus grand que l’Organisation (en l’occurrence l’ANC).
Notre Nation vient d’émerger d’une longue Histoire de profondes divisions et de durs combats. Ne permettons jamais que nos actions ou nos paroles plongent à nouveau notre peuple dans les horreurs du passé ».
(ma traduction)

Hier, l’ANC a ordonné au Président de la République d’Afrique du Sud de démissionner. Aujourd’hui, dans la soirée, Thabo Mbeki, dans un message télévisé a formellement démissionné. Il quittera ses fonctions en respectant le processus de la Constitution.

Au cœur de son message, ces paroles :
"Nous avons toujours protégé l'intégrité de la justice… Nous n'avons jamais porté atteinte au droit des services du procureur général d'engager des poursuites ou de ne pas en engager", a-t-il ajouté en niant toute ingérence dans les poursuites pour corruption de Jacob Zuma ».
Mandela le sage a dit ce qu’il avait à dire sachant ce qui se préparait ! Nous pensions ne jamais en arriver là…Nous avons toutes les raisons d’appréhender l’avenir ! Je ne sais pas comment les médias vont interpréter ce fait. Mais je connais la peur des millions de Sud africains face au spectre de nouvelles divisions ethniques autant que politiques.
Que nous sommes loin de UBUNTU
« Je suis ce que je suis parce que vous êtes ce que vous êtes. »
« Quelqu'un d'ubuntu  est ouvert et disponible pour les autres, dévoué aux autres, ne se sent pas menacé parce que les autres sont capables et bons car il ou elle possède sa propre estime de soi — qui vient de la connaissance qu'il ou elle a d'appartenir à quelque chose de plus grand — et qu'il ou elle est diminué quand les autres sont diminués ou humiliés, quand les autres sont torturés ou oppressés » (Desmond Tutu).
 

Les commentaires sont fermés.