15/08/2008

Méditation difficile

meditation_scene.jpg  

Jésus, notre frère

D’où vient son Amour, sa Force ? C’est ma question. Jésus n’a pas de théorie spirituelle. Il vit. Sa spiritualité consiste à être conscient de l‘Amour qui l’habite. Il prie, il médite à l’écart. Il permet à son Abba de respirer en Lui, comme il respire en l’Univers. Etre conscient de la réalité sociale, politique, est une expérience vécue par des uns, subie par des autres. Une question de vie pour des uns et de mort pour des autres.

Les médias en particulier, que je regarde en communauté, en font un quasi divertissement, passant des tourbillons de fusées sur Pékin au sang des « émeutiers » abattus par les forces de l’ordre dans ce même pays au même moment ! Sans transition ! Law and Order. La Loi et l’Ordre! Les Forces de l’Ordre et de la Sécurité ! Surveillance des Jeux et de la violence à quelques milliers de kilomètres l’un de l’autre. De même,  l’étrange comportement diplomatique des « chefs de gouvernement» serrant la main de Hu Jintao, avec des paroles de circonstances. Ni chaud ni froid. Ni oui ni non. C’est flou. C’est tiède, opportuniste. L’hypocrisie institutionnalisée. « La véracité n’a jamais figuré au nombre des vertus politiques, et le mensonge a toujours été considéré comme un moyen parfaitement justifié dans les affaires politiques. »

 (Hannah Arendt in Du mensonge à la violence ; du mensonge en politique, Agora pocket, p, 9)

 

Le Pékin Show, couronné par la bénédiction de Bush dans son pieux exercice diplomatique  dans une église : "Cela montre simplement que Dieu est universel, que Dieu est amour, et qu'aucun Etat, aucun homme ou aucune femme ne devrait avoir peur de l'amour de la religion", a déclaré Bush, l'homme qui a ouvert la porte aux fondamentalistes religieux aux Etats-Unis et qui prône la guerre sainte contre l'Islam.

 

http://www.lindependant.com (11.08.08).  

 

 

Amnesty International a quand même accusé M. Bush de cautionner la politique gouvernementale chinoise en choisissant Kuanjie, une église placée sous le contrôle étatique, et non pas une église indépendante. N’est-ce pas se servir de Dieu à ses propres fins, Dieu « piégé » par ces paroles d’un pauvre politicien. Face au monde. A la crédulité des uns, à la révolte inarticulée des autres, je suis dans le lot. Ma méditation sent la révolte. Ma prière aussi. Comme David en son temps :

« Jusqu’à quand jugerez-vous avec perversité Et aurez-vous égard à la personne des méchants ?
Faites droit au petit et à l'orphelin ; Rendez la justice au misérable et au pauvre. Délivrez le petit et l'indigent, Sauvez-le de la main des méchants »
…(Psaume 82)!

Tout dépend du point de vue. Celui de Jésus, je le trouve dans Matthieu 5 : 12 ( http://www.bible-service.net/site/522.html)

L’affamé voit un bol de riz différemment du repu. Les moines tibétains voient les Jeux olympiques différemment des organisateurs. Les athlètes différemment des spectateurs. Les chefs d’Etats des gens de chez eux.  L’objectivité, cela existe-t-il ? Pour les philosophes peut-être. Tant mieux. Beaucoup de gens sont piégés par ce « qu’on leur fait croire ». Est-on assez lucide, assez fort, a-t-on des amis qui nous aident à y voir clair ? « A-t-on la force de nager à contre courant quitte à y perdre sa « réputation », son gagne- pain, des amis mêmes ? De plus comment savoir que ce n’est pas moi qui fait fausse route en m’accrochant à l’homme de Nazareth ? » (A.Nolan)

Jésus a vécu ces moments de doute. Ce tête à tête avec Jésus peut aussi être une dynamique qui témoigne du rêve de Dieu dans un monde en lambeaux, mais si beau, et dont on se sent responsable! Avec Lui. Qu’en pense-t-il Jésus ? « Il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et les injustes. » (Mt 5 :44-45) Comment puis-je affirmer que tel ou tel est méchant ? Jésus : « Qu’as-tu à regarder la paille qui est dans l’œil de ton frère ? Et la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas ! » (Luc 6, 41). C’est avant tout le système qu’on analyse, critique et combat. Cela n’est guère possible sans se confronter aux gardiens des systèmes qui font souffrir et mourir les gens par millions! Là, on a pas le choix. « Devant l’injustice, disait le poète Denis Brutus, on a pas le choix ». Jésus est divinement conscient de cela !  Aujourd’hui. A Beijing comme à Bulle.

Ce que je trouve dans en page 22 de 24 Heures le 13 août conclut ma méditation : « L’Art, seul pont entre les fragments d’un monde brisé ». Il s’agit de Barry Green, musicien et écrivain. Il dit : « Seul la musique…permet d’établir des ponts. Nous les artistes cherchons à transcender ce qu’il y a au fond de nous et, par là, inspirer les autres. Cela va bien au-delà de l’art lui-même. « Pour un artiste , ce qui compte avant tout, c’est d’aller en profondeur, au fond de soi, pour se rendre disponible à la créativité ». Et de citer Vedran Smailovic, violoncelliste  jouant l’Adagio en sol mineur d’Albinoni alors que les bombes tombaient sur Sarajevo : « Vous me demandez si je ne suis pas fou de jouer du violoncelle pendant qu’ils bombardent ? Pourquoi n’allez-vous pas leur demander s’ils ne sont pas fous de bombarder pendant que je joue du violoncelle ? »

Merci, mon Dieu, de m’aider à avancer avec ton immense peuple à travers nos désert, nos vallées, nos lacs, nos mers vers l’arrivée !

Les commentaires sont fermés.