26/06/2008

Mandela à Londres

africanhorizon.jpg

Selon les médias occidentaux, Mandela aurait été discret au sujet de la réalité au Zimbabwe. En 2000 il avait dénoncé au Cap, « ces tyrans qui s’accrochent au pouvoir jusqu’à leur mort car ils ont commis des crimes ». (ma traduction) Il a donné des noms. Des journalistes lui demandent s’il parle également de Mugabe. Sa réponse : « Vous tous ici, savez de qui je parle. »

http://www.namibian.com.na/Netstories/2000/May/Africa/007A98DA73.html Madiba aura son anniversaire le 18 juillet 2008. Mais il est invité à fêter ses nonante ans, avec Gracia son épouse, à Londres durant les jours qui viennent. Madiba « soupe » ce soir avec Elizabeth II et d’autres personnalités. On l’accuse, même dans son pays natal, de son silence au sujet de Mugabe. On attend qu’il s’exprime sur le Zimbabwe. Nous verrons. Selon moi, être à Londres, UK, le fatidique 27 juin a une signification. Laquelle ?

Le 27 juin, donc vendredi, un concert à Hyde Park en son honneur, 37 participants avec, entre autres, Johnny Clegg !

Le 27 juin aussi,  le Zimbabwe tremblera : On ne sait pas ! On prie.

Ce matin 26 juin 2008, du Nouvel Observateur, les paroles de Madiba à Londres :

C'est le premier commentaire public de Nelson Mandela sur la crise politique au Zimbabwe. Le symbole de la lutte contre l'apartheid en Afrique du Sud a fait ces commentaires lors d'un dîner à Londres pour son 90e anniversaire, en présence de l'ancien président américain Bill Clinton.

"A notre époque, nous avons parlé haut et fort de la situation en Palestine et en Israël, et le conflit continue sans relâche. Nous avons mis en garde contre l'invasion de l'Irak et nous observons les terribles souffrances dans ce pays", a déclaré l'ancien chef de l'Etat.

"Nous regardons avec tristesse la tragédie permanente au Darfour (Soudan, ndlr). Plus près de la maison, nous avons vu le déclenchement de violences contre nos semblables, des Africains, dans notre propre pays et la tragique défaillance de la direction chez notre voisin le Zimbabwe", a poursuivi Nelson Mandela.

avec gratitude du Nouvel Observateur :

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/20080626.

 

Les commentaires sont fermés.