09/06/2008

Méditation dominicale

You may say I’m a dreamer but I’m not the only one

Chaque après-midi, lorsque c’est possible, j’écoute l’émission « Hard Talk » à la BBC

2091144794.jpgCe grand homme qui n’a l’air de rien, le professor Wallace Broecker mérite le nom de grand-père de la science climatique. Le 5 juin 2008, Stephen Sackur l’a interviewé dans son émission « Hard Talk » .

Introduction : notre planète souffre de l’émission de l’accumulation de Co2 et se réchauffe dangereusement. Un consensus scientifique international force une prise de conscience urgente afin d’agir avec l’espoir de sauver ce qui reste à sauver. Quoi faire ? Quand il s’agit d’agir sérieusement, le consensus se fragmente comme la glace polaire dans les eaux tièdes.

Au déclin d’une vie consacrée à la recherche du phénomène, Wallave Broecker  ne doute pas des dangers du réchauffement globale de la planète, mais il reste optimiste. Et son beau visage reflète une tranquille sérénité en répondant  aux questions de Sackur qui le pousse à scruter l’une après l’autre, ses hypothèses de savant. Je ne peux rendre compte des réponses fascinantes de Broecker, ses explications étaient pourtant si simples que je désirais que dure l’entretien pour en savoir plus…sur les changements climatiques (pour des uns, une réalité – les tsunamis et bien d’autres choses même pour nos paysans – pour des autres une théorie, pour tous une appréhension), sur la circulation océanique, sur les possibilités de stockage du gaz carbonique ! J’ai retrouvé Wallace Broecker grâce à Google, par exemple : www.unesco.org/courier/1999_11/fr/planete/txt1.htm - 29k.

 

Effets de serre, réchauffement climatique, stockage du gaz carbonique comme sujet de méditation dominicale ? Oui, car vers la fin de l’entretien,  Stepehn Sackur taquine Broecker : « You are a dreamer… vous soufflez le chaud et le froid… ».Réponse de Broecker avec un sourire d’enfant espiègle : « YOU are a dreamer…if… »  Fin de l’émission. Elle a duré 20 minutes. On peut la visionner à la BBC HardTalk sur l’écran.

C’est alors que m’est revenu en mémoire  :

You may say I'm a dreamer
But I'm not the only one
I hope someday you'll join us
And the world will live as one
(www.zoldi.org/ John Lennon)

Les paroles de cette chanson sont la Bonne nouvelle de ce dimanche, avec Jésus au désert. Et je donnerais beaucoup pour l’avoir en français. Elle s’inspire (que Lennon le dise ou non) de l’Evangile de Jean 17 :1. L’écouter, c’est prier, avec le scientifique, le journaliste, nous tous.

Je suis un rêveur selon vous ? Mais je ne suis pas le seul, j’espère qu’un jour nous rêverons ensemble dans un monde sans murs ni frontières, ni tribus, ni races, ni nationalités, chacun libre de vivre avec les autres tel qu’il est. Aimé de son Créateur. D’emblée des personnes de bonne volonté !

Jésus rêve avec nous, dans un univers où l’infiniment petit joue sa partition dans l’infiniment grand et vice-versa. Jésus au désert réfléchit, sa réflexion est une prière, la nôtre et celle d’une terre qui s’enfante dans l’incertitude et l’insécurité et la douleur. Rêver, c’est être confiant malgré tout.

Les commentaires sont fermés.