02/06/2008

Ma méditation dominicale

Jésus au désert  aujourd’hui, ce 29 mai 2008

1291833238.jpgLe même qu’au désert il y a 2000 ans. Recueilli dans son Moi des profondeurs ! Son cœur bat au rythme de la terre ! A quoi pense-t-Il ? Seul, Il prie. Prier c’est à dire être en « hot line » avec Abba. Ici, aujourd’hui, son désert, c’est Lausanne, ou la Gruyère ou l’Irak.

Samedi, pour ses compatriotes juifs c’était le Sabbat, aujourd’hui dimanche, pour celles et ceux qui se réclament de Lui et qui se disent chrétiens, Yechouah est totalement concentré, conscient de ce qu’Il ressent, déchiré entre ces deux pôles : sa vision d’une société fraternelle et solidaire et l’expérience qu’il est en train de vivre dans la réalité de sa Palestine. Il sourit, une larme Lui échappe. Il joint ses mains, Il incline la tête, Il baisse les paupières, Il tourne son regard au plus profond de son être.

 Tous les êtres humains habitent son cœur qui vibre et vit en moi, en nous tous, qui traversons notre petite terre comme une randonnée unique. Une randonnée d’écoliers. Le cheminement compte, l’arrivée ? Nous savons au plus profond de nous-mêmes, que ce ne peut être que l’éblouissement du «hors espace-temps».  Ce n’est pas en vain que l’Amour nous attire. C’est notre raison d’être.

 

La terre, Jésus au désert avec moi cet après-midi, intensément présent, du nord au sud, de l’est à l’ouest, Oh ! pas dans le vague ! Non ! C’est très concret :

·        il voit la maman de Yves qui vient de mourir et des cœurs meurtris

·        le bébé de Carine encore en train de naître et des cœurs réjouis

·        les femmes et les enfants au Darfour, au Soudan, en Colombie et en Bolivie, en Suisse, à Pépinet, à Montenol, sur les rives de l’Amazone et du Doubs ; Il contemple l’UDC, les Verts, les casques bleus. Les bureaux de vote. Oui, Il est même là !

·         Il entend les résultats des votations : trois X non ! Il faut bien savoir dire Non pour dire Oui au bon sens et à l’avenir. Il voit Woza au Zimbabwe, une Suisse sans armée, Blair et Clinton qui parlent de Foi, les pauvres qui vivent la Foi.  Des amoureux sur le banc public et les copains d’abord (je les vois de ma fenêtre sur la place du marché). Frank, le malien qui s’ennuie de chez lui. L’effroi des Chinois et la déréliction des enfants de Birmanie. Le souci des Footballeurs aux genoux blessés et des actionnaires de l’UBS… Je reste toute proche de Yechouah, notre cœur bat au rythme des petits, des poètes, des cœurs d’enfants et, lentement, comme un chaud rayon de soleil avant que le jour disparaisse, comme le murmure d’un ruisseau au désert, la prière, la seule que Jésus ait jamais enseignée à la demande de ses amis, nous murmurons : Aboun d'ouashmaya…Notre Père qui es aux cieux. Les cieux, bien sûr, c’est ici et maintenant, au désert de l’espace-temps que nous traversons.

Les commentaires sont fermés.