20/04/2008

Au revoir

1160445924.jpg1941436976.jpg

 

 

 

Parce que les blogs me révèlent des visages, des comportements, des manières de communiquer, des manières de penser, de faire avancer la pensée, j’ai envie de vous dire combien je vous apprécie et combien c’est bon de faire chemin avec vous, des plus proches aux plus lointains si proches!

Je pars demain pour une semaine de retraite. Puis pour deux semaines de vacances! C’est quoi une retraite? Pour les sœurs, c’est se retrouver, une vingtaine peut-être, en un lieu silencieux, faire silence, méditer, se laisser inspirer par une personne qui, deux fois par jour, durant huit jours, essayera de vous dire quelque chose qui peut nourrir votre méditation ou non, c’est selon.

Le thème proposé cette année est: «La résurrection aujourd’hui et, la violence, la souffrance et la mort ne peuvent avoir le dernier mot.»

On écoute les conférences (en allemand) ou on ne les écoute pas, c’est selon. Il n’est donc nullement question de bourrage de crâne, tout au contraire, pour ce qui me concerne, il s’agit de reprendre mon souffle pour mieux me libérer des camisoles de force qu’on endosse ou qu’on essaie de nous faire endosser. C’est selon. Donc je vais prier, comme on dit, mais j’espère que cela ne sera pas du copié-collé, cela serait trahir la fantaisie de Dieu en moi. Le Conseil de Jésus:

" Quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites: ils aiment, pour faire leurs prières, à se camper dans les synagogues et les carrefours, afin qu'on les voie. En vérité je vous le dis, ils tiennent déjà leur récompense. Pour toi, quand tu pries, retire-toi dans ta chambre, ferme sur toi la porte, et prie ton Père qui est là, dans le secret.» (Mt 6 : 6,5)

Prier, c’est quoi?

Ecoutez: "Il (A. Desarzens) en hérita avant tout un goût pour la prospection microscopique des formes et des figures, une passion pour

le vertige de l' infiniment petit - qui, comme on sait,

rejoint par voie mystique l' infiniment grand…".

Et les binoculaires de A. Desarzens "sont devenus

de véritables instruments de prière".


"Par voie mystique l' infiniment petit rejoint l' infiniment grand".

(Chronique de Gilbert Salem, 24 heures, 10.12.05)

Encore du même auteur in «Le Puzzle amoureux»:

«Quand on est une foule en sa propre solitude, on est une population planétaire.
A l'image du paradis, l'être humain est doué
d'une capacité d'hébergement infinie.»

Prier le cœur ouvert, n’est-ce pas ça l’hébergement?

Durant ces huit jours «hors espace temps» (presque), la prière évoluera aussi au-delà du tête-à-tête avec Jésus que j’aime nommer de son vrai nom araméen Yeshuah, pour le rejoindre dans sa réflexion. Là au désert comme le montre si bien l’artiste russe Ivan Kramskoy (1872)

 

Il réfléchissait sur le sens de sa vie en Palestine, sous le joug des romains, sous la férule des «pouvoirs et des dominations». Il était et vivait du travail de ses mains parmi les artisans, les paysans de sa région. Il faisait «de l’analyse sociale» comme nous du temps de l’apartheid et aujourd’hui encore!

Quelles sont les causes réelles de l’invasion de l’Irak?

Les causes réelles de la chasse aux demandeurs d’asile chez nous?

Les causes réelles, structurelles, des murs construits entre Israël et la Palestine?

Les causes réelles des murs en construction entre le Mexique et les USA?

Les causes réelles du silence face à la folie d’un Mugabe? Du silence criminel d’un Mbeki son ami?

Les causes réelles de la mise en scène carnavalesque d’un Bush pour célébrer l’anniversaire de celui dont on dit qu’il serait le «vicaire de Jésus»… où??? au désert de la société italienne à la dérive? au Golgotha, à la prison d'Abou Ghraib? à Guantánamo? à Harlem? au Bronx? dans les couloirs de la mort de Houston, Texas?

Qu’est-ce que Jésus pense de tout cela? S’il en trouve les causes profondes, que dit-il? Que lui dit son ABBA, notre ABBA dans son cœur et le mien? Pendant ma retraite dans le confortable silence de la Maison mère? Mon désert.

Mais surtout, après l’analyse sociale, après l’éclairage de l’Evangile, la Bonne Nouvelle, c’est quoi? des sermons, des discours? quelle action pour faire «la volonté de Dieu» concrètement? Avec qui? Comment? Dans quel but? Quel est notre rêve? Celui de Jésus le Palestinien alias celui de Martin Luther King? et le rêve de tous ceux et celles qui ont faim et soif de justice en termes de pain, d’eau potable et de dignité humaine? Qu’a pensé Jésus, sur sa montagne en disant qu’ils étaient heureux, en marche vers la survie, ou la Vie en plénitude? (Sermon sur la montagne: Mt 5 :1-12) Il leur promet la nourriture, la consolation, le «royaume» dans le langage de son temps, aujourd’hui il dit: Il dit quel type de société en fait? Un Etat providence? Une démocratie qui écrase les minorités, les étrangers? Une Suisse selon l’UDC?

Jésus se pose la question. Tout seul en prière au désert, tenté par la violence, l’orgueil, l’amitié des puissants. Confronté à la terrible tentation de changer les choses vite et bien et par la violence, Il dira NON! NON! NON! Comme Rosa Parks, Martin Luther King, Steve Biko, Madiba, comme Doris Lessing, comme Rosa Luxembourg qu’on ne saurait nommer et tant d’autres… de nombreux, nombreux inconnus dont seuls leurs familles, leurs enfants, leurs amis se souviennent et qui ont dit NON aux oppresseurs pour nous tous. Jésus a dit NON pour dire OUI aux gens autour de lui, et bien au-delà de son pays et bien au-delà de son temps. Il a dit NON à l’autorité dominatrice pour dire OUI à l’AMOUR. Je penserai à tous les blogueurs que je respecte et que j’aime et qui tissent un réseau d’amitié active à perte de vue… J’espère, si tout va bien, revenir le mardi après la Pentecôte… et l’Esprit souffle où il veut, on ne sait d’où il vient ni où il va (Jean 3: 7-15).

Commentaires

Merci pour votre questionnement toujours tellement engagé, chère Claire-Marie, qui suscite tant de réflexions et de discussions parmi vos amis. Refus des lâchetés, de la violence, de l'hypocrisie, et de l'abjection de certaines formes de pouvoir.
Quelles puissantes questions dans cet "au revoir " !

Merci de penser à tous vos amis, nous n'en doutons pas, et nous aussi, nous penserons à vous, dans votre retraite qui sera, je l'espère belle et riche, forte et paisible.
Et bonnes vacances, avec l'espoir du printemps.

A bientôt, et merci d'exister.

Tatiana

Écrit par : Tatiana H. | 21/04/2008

merci beaucoup et à très bientôt chère Tatiana et tous.
je vous embrasse
claire-Marie

Écrit par : cmj | 26/04/2008

Les commentaires sont fermés.