25/02/2008

Les prophètes de notre époque

 

Cela ne me quitte plus depuis ce 12 octobre 2007: l’envie jusqu’au tourment, de partager toute l’admiration que je ressens pour cette personne. Je me sens dans sa peau, dans sa pensée, dans son cœur…
Sur les rives du lac de Garde, dans la lumière du matin rose gris – argenté, frissonnant à la surface de l’eau comme une immense chevelure d’ange, je m’abandonnais à la pure beauté du moment, du mouvement, de l’avancée dans l’infini prégnant du passé… du présent, de l’avenir.
.
Proche de l’embarcadère de Castelletto di Brenzone, un petit kiosque, l’image en première page de «International Tribune Herald Tribune» me saute aux yeux: c’est elle, c’est Doris Lessing. J’achète ce journal et je lis: hier, le 11 octobre, à Stockholm, le Prix Nobel de littérature a été décerné à Doris Lessing. Je dévore le texte, très court: la presse est arrivée au domicile de la lauréate en lui apprenant la nouvelle à Hampstead, Londres. Elle revenait du magasin un sac plein des choses nécessaires pour la journée.
.
Son beau regard tourné vers l’intérieur des choses extérieures!
.
On lui décerne ce prix «au dernier moment»… dit-elle, poliment ironique, consciente qu’avec 88 années de vie intensément vécue, on est proche du débarcadère! un dernier moment qui durera longtemps je l’espère de tout mon cœur.
Doris Lessing est au-dessus de la manière désinvolte dont ce prix lui est annoncé. Elle est lucide – lucide depuis sa tendre enfance - sur le regard hésitant des donateurs, lui offrant après des années d’hésitation, une reconnaissance publique… «à une vieille femme qui durant toute sa vie a lutté pour un monde plus juste»… l’arme de sa lutte: sa plume!
Son premier livre: «The Grass is singing», en français «Vaincue par la brousse» et son dernier jusqu’à présent: «The cleft» (à ma connaissance pas encore traduit en français).
Doris Lessing, révoltée par le fonctionnement des systèmes et leurs innombrables fonctionnaires, lutte, elle cherche, elle dit la Vérité. Elle participe à tous les combats au niveau du communisme, de la politique, de la lutte antinucléaire, de la lutte anti-apartheid, (système d’apartheid mondialisé).
Je ne savais par où commencer mon petit texte, puis soudainement, «like a bolt from the blue» - en français, comme un coup de tonnerre dans un ciel bleu, j’ai su:
Doris Lessing est un prophète de notre époque postmoderne.
.
Mais j’ai voulu en avoir le cœur net: un prophète c’est quoi? J’ai écouté la voix prophétique d’un ami sud-africain de longue date. Il écrit:
«Les prophètes sont des personnes qui parlent au grand jour alors que les autres gardent le silence. Elles critiquent leur propre société, leur pays natal, leurs propres institutions religieuses.
Ne sont pas appelés prophètes, celles ou ceux qui critiquent des nations hostiles ou des religions étrangères.
Les vrais prophètes sont ceux et celles qui, publiquement, prennent parti pour un monde juste et, avec courage, dénoncent la praxis de leur propre peuple et celle de leurs propres autorités… alors que les autres gardent le silence».
(Selon Albert Nolan in «Jesus Today» - a spiritualité of radical freedom – publié par Orbis Books en octobre 2007. Page 63, ma traduction).
La plume, la parole, la voix de Doris Lessing rejoignent celles d’autres prophètes de notre époque, elle en nomme. J’en nommerai à sa suite. Elle ne prétend pas avoir une plume prophétique, Oh! non! Elle dit «Nous étions fous. Nous pensions sincèrement que l’injustice, le racisme et la pauvreté allaient être abolis. J’y ai cru, comme tous les gens de ma génération. C’était une aberration» (source: le "Nouvel Observateur", site littéraire, le 24/12/2003)

08:42 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.