05/01/2008

L'Epiphanie hier et aujourd'hui: un puzzle

 

C’était plutôt facile de célébrer l’épiphanie lorsqu’il n’y avait qu’à écouter ce qu’en disait Mathieu dans son évangile: «Des sages en chemin illuminé par une étoile cherchent et trouvent ce bambin adorable dans une étable… ils en sont tout remués et s’en vont d’où ils sont venus, la Perse (Iran, Irak) en évitant le roi de la région jaloux de son pouvoir absolu et religieux. Ces sages païens ne se convertissent pas ni ne se feront baptiser (on en parle plus à ma connaissance). Qu’est-ce qui s’est passé? Tout simplement une rencontre. «L’innocence, comme la beauté est dans l’œil de celui qui regarde» Et leur œil était clair (si ton œil est vraiment clair, ton corps tout entier sera dans la lumière selon Mt 6 :19-23) Nul besoin de présentation: on se reconnaît quand on s’aime. Nulle crainte. Pas besoin de garde de corps ni de service de sécurité… et pourtant: qu’en est-il aujourd’hui? Si le vicaire du «roi des juifs», résident actuellement à Rome, s’en allait payer hommage aux enfants de Bethlehem, comment s’y prendrait-il? Les parents et les enfants de Bethlehem parleraient-ils la même langue que le visiteur venant cette fois de l’Occident?

Cela me dépasse… je me permets simplement de reprendre ce que j’écrivais en janvier 2007: «J’allais écrire une pensée inspirée par Jésus qui se montre au monde en son temps et en notre temps. En son temps, comme la tradition le raconte, en notre temps comme l’actualité le rapporte: dans la rue, dans les familles unies, recomposées, dans les prisons, sur les champs de guerre à basse intensité… dans l’actualité des quatre coins de la terre… Jésus se révèle et «nous passons sans le voir» trop souvent…»

En 2008: en Irak, au Kenya, au Darfour, au Pakistan… chez nous, ici… L’inaccessible étoile nous guide-t-elle vers ce bambin adorable, tellement simple qu’il ne se distingue pas des autres, au contraire il s’identifie aux plus petits… là est peut-être notre problème.

(Il y a un an j’avais complété mon petit texte par ce que j’avais lu dans le Blog de Gilbert Salem dans la «Vie des mots» (5 janvier 2007) et j’ai trouvé ce qu’est l’épiphanie:

. pour les chrétiens d’Occident
· au plan liturgique
· dans les églises d’Orient
· enfin l’épiphanie selon James Joyce dans un texte posthume paru en    1956 et intitulé «Épiphanies».)

 

09:20 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Salut Claire-Marie!

Bonne année! C'est avec plaisir que je viens de découvrir que tu avais ton blog ici!

Miguel

Écrit par : Miguel | 07/01/2008

merci beaucoup cher Miguel (et Safi), tu y as ta place bien sûr. Quel bonheur

Écrit par : cmj | 07/01/2008

Et pour mettre un rayon de soleil dans le coeur de Soeur Claire-Marie, je viens d'apprendre par la télévision (américaine) que le nouvel entraîneur de l'équipe sud-africaine de rugby s'appelle Peter de Villiers et que, comme son nom ne l'indique pas, il est Noir.

Écrit par : Rabbit | 09/01/2008

Les commentaires sont fermés.